fbpx

Tag: mémoire locale

Merci à Jean-François CHEVALIER pour cette reconnaissance

C’est par ces mots qu’il a accepté que nous partagions, que Jean-François CHEVALIER a publié cette information, sur le Facebook « Thelle est mon village » le 7 juin dernier: « 

82 ans se sont écoulés, depuis le bombardement du 7 juin 1940. Je voudrais vous partager une archive très récente puisqu’elle est datée du 18 mai 2022.

Depuis 1940, même dans leurs morts brutales, les 6 victimes n’étaient pas sur le même pied d’égalité. La mention : « Mort pour le France » n’a été attribué qu’à deux victimes sur les six. Cet état de fait me choquait. C’est pourquoi, j’ai saisi l’Office National des Anciens Combattants et des Victimes Civiles afin de mettre un terme à cette iniquité. Aux termes d’un année de démarche, C’est chose faite. Une décision, en date du 18 mai 2022, rend les honneurs à ces 4 victimes en indiquant, sur leurs actes de décès, la mention : « Mort pour la France ».

Pour mémoire, le 7 juin 1940, la Commune était bombardée par l’aviation Maurice BLED, instituteur, mourut sur place des bombes plusieurs de ses élèves moururent également. Pour Jean-François CHEVALIER, il s’agissait de réhabiliter les victimes qui ne l’avaient pas été dans le statut de « Mort pour la France ».

Le Courrier picard (14/03/22) évoque l’hommage au résistant de notre (ex) Canton de Noailles, Arnaud BISSON

Le château d’eau de la Rue Neuve:

Une ancienne génovéfaine nous a adressé des photos du Château d’eau de la Rue Neuve.

Remercions la pour cette tranche de vie et d’histoire de notre Commune.

Très rare, sans doute, une photo de la construction. On peut reconnaître les maisons de la Route Nationale derrière.
Elles sont toujours là de nos jours.
Le début de la destruction du Château d’eau où l’on perçoit l’inscription de l’année de construction « 1938 ».
Sans tête, la destruction qui aurait eu lieu en 1985 laissera pendant de nombreuses années un terrain vide.
De nos jours, le parking fut réalisé fin des années 1990 – début des années 2000 avec la réalisation d’un étage supplémentaire.

Merci à notre amie, native de Sainte-Geneviève, d’avoir envoyé ces photos ( les anciennes), soyons attachés à notre histoire, à notre mémoire. Nous voyons là comment un petit coin de rue peut évoluer en une cinquantaine d’années: voir un HLM construit, un château d’eau historique de la Commune disparaître, un parking et quelques logements de plus réalisés.

Où est-ce et quand? exprimez-vous…

Un arbre de la liberté à Sainte-Geneviève, quand à quelle occasion ? et où était-ce? Mettez vos réponses en commentaires… échangez, c’est votre histoire…

Faire un commentaire

Sur FB, Jean-François CHEVALIER, un génovéfain de souche, nous parle de moulin sur Sainte-Geneviève

Jean-François ChevalierThelle est mon village

· Sainte-Geneviève, autant en emporte le vent – 16ème siècle * * *Sans rentrer dans des débats actuels sur l’utilisation de l’éolien, un petit rappel historique est intéressant. Apparu en Perse au 7ème siècle pour l’irrigation, il va se développer en Europe au 12ème siècle. Compte-tenu de notre géographie notamment notre altitude au point le plus élevé de 221 m, l’implantation d’un moulin était logique. Seule la trace sur un plan, daté après 1510, en témoigne. Au regard du témoignage cartographique sur celui de Sainte-Geneviève, le « moulin des puits » semble être un moulin à chandelier (moulin sur Pivot). Souvent en bois, ils ont mal résisté au temps , destruction volontaire ou incendie Zoom sur : Plan des terres relevant du chapitre de la cathédrale de Beauvais et du curé de Cauvigny , daté après 1510 (côte G 1046 /A.D.de l’Oise)

Dans Oise Hebdo (12/06/19): un article sur la conférence sur le 7 juin 1940

Les visites du site sur Octobre 2018:

 

 

Les articles les plus visités:

L’angle de la Rue Maurice BLED et de la Nationale….

Si l’on voit que les bâtisses n’ont guère changé, on voit également, à gauche, que la boucherie a été longtemps installée à cet. En face, il y eut plusieurs commerces avant que ce ne soit une agence ce que c’est depuis près de trente ans.

Il y eut une épicerie tenue par le frère de Francis THEOPHILE, encore électricien dans la Commune, juste avant l’agence.

Il serait intéressant de connaître le nom de la Rue Maurice BLED avant qu’elle porte ce nom qui a du lui être donné après guerre. Merci à ceux qui pourraient nous renseigner…

Au Petit Fercourt, toujours le café…

 

Le café du Petit Fercourt est plus que centenaire, il a servi de relais de diligences et on le voit comme passage de transport en commun. Il y avait alors une épicerie sur le côté dans ce qui fut longtemps ensuite une salle pour les consommateurs. Il appartint jusqu’il y a quelque 20 ans à la famille BOUILLETTE qui possédait, entre autres la place en face, nous y reviendrons. Il porta plusieurs noms « Au Petit Fercourt », aujourd’hui, « Martine et Cathy » des prénoms de deux de ses gérantes, il y a quelques années,…

On remarquera entre la photo ancienne et l’actuelle, outre quelques autres changements, la disparation d’une grange et moins de monde sur la route….

Dans Oise Hebdo de ce mercredi…

L’article complet en téléchargeable PDF