Aller au contenu

projet

SALLE SOCIO CULTURELLE – DOSSIER PREVOTE (article paru dans notre bulletin d’octobre 2018):

Comme nous l’avions indiqué précédemment, la critique ne peut être positive que si des contre-propositions apportent une éventuelle solution.
Dans le cas de l’investissement «PREVOTE » par la commune de Ste Geneviève, il y a maintenant dix ans, seule la modernisation des ateliers municipaux, devenue plus que nécessaire a montré son utilité.
Pour le reste, nous l’avons déjà décrit comme un gouffre financier qui a mis clairement en évidence qu’on ne mène pas un projet neuf avec des bâtiments vieux dont le coût de rénovation est devenu incontrôlable au fil du temps.
Alors que faire ? probablement sauver le bébé sans jeter l’eau du bain.
En premier, maintenir les ateliers municipaux là où ils sont désormais.
En second, déplacer le lieu de la salle socio-culturelle vers un endroit plus accessible pour tous les génovéfains en y construisant un bâtiment fonctionnel, parfaitement adapté aux besoins, répondant aux normes en vigueur sans surcoûts prévisibles.
Que faire alors de « l’investissement PREVOTE » ?:
Un exemple: Le transformer en lotissements (6000 m2 disponibles) de dix parcelles de 500 m2 avec distribution centrale, accessibles à la propriété, produisant le remboursement partiel du projet : gain prévisible : environ un million d’euros réinvestis dans le nouveau projet.
Quant à la bâtisse de 300 m2, objet de tant de dépenses pour une mise aux normes hypothétique, la transformer en garages et lieux de stockage.
Reste le terrain communal à définir pour le nouveau projet largement refinancé par les ventes en y additionnant des subventions plus faciles à obtenir sur un tel projet: plusieurs endroits possibles peuvent être choisis.
Ainsi, les budgets à réinvestir sont moins élevés, mieux contrôlables et conduisent à gommer un retard d’équipement devenu inacceptable.
En conclusion, nous n’avons pas la prétention de détenir la vérité, seulement de proposer une solution plausible parmi d’autres possibles car le temps presse et, moins qu’un retour en arrière, c’est une remise en cause raisonnable qui mène à une sortie honorable d’un projet mal engagé à l’origine.
C’est donc à nos élus d’en prendre note et de choisir…

 

Henri RODE

Au revoir et regrets… (article paru dans notre bulletin d’octobre 2018):

Après 31 ans de vie à Sainte-Geneviève dont 19 en qualité d’élu, mon épouse et moi même prenons la route vers un nouvel avenir afin de nous épanouir à la retraite.
En me lisant vous direz peut être si il s’en va, pourquoi il intervient dans ce bulletin.
J’interviens pour vous donner ma vision des choses et apporter des idées pour l’avenir de Sainte-Geneviève même si j’y vis plus, à ce jour on peut tous constater :
– Un village qui n’est plus propre, le désherbage fait complètement défaut, le balayage de nos trottoirs est inexistant, du mobilier urbain obsolète et surtout insuffisant (manque de bancs, de poubelles, de sacs à déjection canine…)

                                                                                           Une salle super polyvalente qui sert de cantine, de salle de                                                                                                    réunions, d’animations, de ceci, de cela, c’est limite honteux…

 

– Un Village qui construit n’importe où et sans penser à ses infrastructures : manque de bâtiment pour les écoles (classes surchargées), cour de récréation trop petite, salle des fêtes inadaptée, bibliothèque mal implantée, trottoirs défaillants (surtout sur la rue du Placeau), voierie en mauvais état ( formation de nids de poule en abondance),……
– Entrées et sorties du village par la D 1001 pas accueillantes, vous pouvez voir que les trottoirs ne sont pas réalisés complètement, que les arbres sont entourés par des buses de puisards, le fleurissement est remplacé par la pousse d’orties de ronces de mauvaises herbes, etc…
– Une police municipale qui n’a plus de directive donc qu’on ne voit plus ou pratiquement plus, occupée certainement par des tâches administratives autres que la sécurité de notre village. La mise en place des Voisins Vigilants, de plus à la traîne, ne remplacent pas ces derniers. La vidéo-protection qui a été évoquée depuis des années et toujours pas en place ne doit pas         remplacer l’être humain.
La sécurité de tous est une priorité surtout de notre temps, où des drames se produisent aussi bien dans les grandes comme dans les petites communes. L’actualité est là pour en parler.
– Un plan de circulation doit voir le jour, revoir les intersections où des « stop » ont pris place sans que la visibilité soit au maximum. Le stationnement sur les trottoirs doit disparaître.

A l’emplacement de cette maison récemment
détruite, on est très loin du projet de maison
 médicale annoncé depuis plus de 20 ans.
– Une maison médicale se fait attendre avec plus de services médicaux (encore une promesse qui recule au fil des jours)
– Un urbanisme en désarroi, aucun contrôle sur les permis délivrés, aucun affichage, des constructions réalisées sans autorisation, ni permis de construire.
Le village est victime d’une équipe municipale et surtout de ses dirigeants, Maire et Adjoints, qui manquent d’une ambition et de perspectives d’avenir. Ce qui est réalisé se fait au coup par coup, ces réalisations coûtent chères car elles n’ont pas été réfléchies, les subventions sont obsolètes car le montage des dossiers se fait dans la précipitation.
Pourtant, Sainte-Geneviève possède

beaucoup d’attraits mais il faut du changement, un grand changement, c’est vous qui devez en décider. Le retard s’est accumulé depuis près de cinq ans.
A tous ceux que j’ai côtoyés durant mes 31 années, à tous mes amis (les vrais, ils se reconnaitront) qui restent ici , je vous souhaite bonne vie et bon courage pour les prochaines années.

Philippe MARCOTTE

Ce texte nous a été adressé quelques jours avant son départ de la Commune par son auteur afin d’être publié. Nous souhaitons à Philippe et à son épouse que leur nouvelle vie se passe bien là où ils ont décidé de s’installer.

Une salle qui se sera faite attendre mais ne répondra pas aux attentes (extrait des Echos du Conseil du 13 septembre):

4) Aménagement de la salle socioculturelle – Demande de subvention au titre de la rénovation énergétique des bâtiments (SE60):

Madame le Maire informe le Conseil qu’une subvention de 40 à 45% pourrait être obtenue sur une base de 266 000€ et demande le vote pour faire la demande.

Le vote est acquis à l’unanimité.

Pierre HAUTOT tient à préciser que cette possibilité de subvention est ouverte par une loi d’avril dernier et qu’elle est accessible également pour les particuliers.

Gérard CHATIN interroge alors de savoir sur quelle base est accessible ce type de subvention en précisant que l’information que vient de donner Pierre HAUTOT peut être intéressante.

Il lui est juste répondu que le bâtiment est rénové de façon à être économe en énergie….

 

Commentaire : L’information des élus comme de la population reste un enjeu dans notre belle commune.

Plus de 10ans que nous avons acheté ces locaux qui ne feront vraisemblablement pas une salle socioculturelle digne de ce nom et pour un coût exorbitant pour 240m2. Noailles: 1 200 000€ pour 1000m2 en 3 salles et un parking adapté ; Sainte-Geneviève: près de 2 000 000€ pour 240m2. Cherchez l’erreur et les fautifs...

La plus grande salle de l’Espace Parisis Fontaine à Noailles: près de 500m2, scène, bar, cuisine, parking…

Nos Echos du Conseil du 13 septembre 2018: Enfin ils lisent ce que l’on leur écrit, ce qui ne veut pas dire qu’ils vont prendre en compte….

Les échos du Conseil municipal du  13/09/2018, 20h30:

produit par le Génovéfain Net

 

6 personnes dans le public dont deux représentants de la presse, l’un de l’Observateur de Beauvais, l’autre du Parisien libéré.

 

Le quorum est atteint à 20h30.

Nos Echos en téléchargeable PDF

Madame le Maire propose à Amélie LIARD-VAGNER d’être secrétaire de séance, celle-ci accepte.

 

Etaient présents: Jacqueline VANBERSEL, Georges BERSON, Dominique LABARRE, Bériza ZIEGLER, Christèle MARIN, Pascal BREBANT, Pierre HAUTOT, Éric MAURIERAS, Anne-Marie KRAUZE, Céline TESSON et Claude GARDETTE (arrivé à 20h50) pour la liste « Une équipe forte pour agir ensemble » (EFAE);

Gérard CHATIN, Continuer la lecture

Etat de siège Rue du Canton de Beaupréau:

Ce matin, la Rue du Canton de Beaupréau bouclée entre l’église et la Rue des James: pas d’information des riverains inquiets, peu de signalisations avancées et de déviations,….

Le chantier de construction du restaurant scolaire s’engage alors que l’on vient de détruire le bâtiment DELAHERE sans qu’ait été affiché le permis autorisant cette destruction et qu’il n’y a pas plus de permis de construire affiché pour la construction….

   

Le règne du « faites ce que je dis pas ce que je fais » continue et devient la règle de cet exécutif….

 

 

Edito de « Entre deux lignes » en cours de diffusion….

Reprendre le sens de l’intérêt général….

 

Cette majorité municipale avec ses 23 années d’ancienneté est tombée dans la perversité de fonctionner à l’exception. Ceux qui ne  sont pas d’accord avec sa pensée unique sont conspués, mis de côté, vilipendés, tenus pour quantités négligeables et autres traitements indignes. Quand on voit la façon dont sont considérés les différents démissionnaires qui ont accompagné, parfois longuement, notre exécutif municipal on évalue toute la considération des membres de cette équipe pour ses collègues, qui plus est minoritaires, ou ceux qui les ont précédé. Madame le Maire déclare que la démission de l’une de ses anciennes adjointes « est un non évènement, ça m’est égal… » (Oise Hebdo 24.11.17), la même considération dédaigneuse avait été exprimée quand un autre élu membre de sa majorité actuelle avait démissionné en septembre 2015. On pourrait en citer d’autres. Donc il faut être là et pratiquement aux ordres, s’accommoder d’un système où l’écoute et la concertation sont inexistantes, où la plupart des projets sont amenés en Conseil de façon à le transformer en chambre d’enregistrement.

 

C’est la conception de cette majorité pas seulement de son exécutif.

Ce système d’exception détruit notre bien-être, notre vie locale. S’il apporte quelques avantages à certains il ne saurait être une solution collective tant on voit les dégâts qu’il produit.

Cette pratique ne sert pas l’intérêt général. Les résultats désastreux de la gestion que nous connaissons par cette majorité le démontrent: perte de vie sociale, clanisme, information réduite au minimum, manque de projets, conceptions restreintes au minimum,… non reconnaissance des groupes constitués, ….

Dès maintenant et dans la perspective des échéances à venir (ré-)apprenons à retrouver cette notion de l’intérêt général qui consiste à regarder plus loin que le petit intérêt particulier et immédiat. Apprenons à penser global et à agir local, pour le bien commun.

La majorité municipale actuellement en place, depuis 1995, dans sa démarche d’irrespect de ce qui n’émane pas de son exécutif en a perdu le sens.

 

 

Gérard CHATIN

Conseiller municipal minoritaire

 

Le bulletin complet en téléchargeable PDF

 

Nos Echos du Conseil du 27 février: un Conseil administratif mais…

3 personnes dans le public pas de représentant de la presse.

Le quorum est atteint avec quelques difficultés, arrivées tardives, à 20h35 bien sonnée.

18Nos Echos en téléchargeable PDF

Beriza ZIEGLER est désignée secrétaire de séance.

Etaient présents: Jacqueline VANBERSEL, Georges BERSON, Jacky BEAUDOIR, Dominique LABARRE, Beriza ZIEGLER, Christèle MARIN, Pierre HAUTOT, Anne-Marie KRAUZE, Céline TESSON, Pascal BREBANT pour la liste « Une équipe forte pour agir ensemble » (EFAE);

Gérard CHATIN et Patricia BARBIER pour la liste « Un nouvel Avenir pour Sainte-Geneviève »(NASG) ;

Martial ROZE Continuer la lecture

Faut-il laisser faire?

Alors que l’expérience d’une classe modulaire posée il y a deux ans et demi est une catastrophe (fuite d’eau, bruit, chaleur, on en passe et des pires…), il nous a été annoncé lors du dernier Conseil municipal, le 20 janvier, que si l’ouverture d’une classe était annoncée on construirait dans la cour de l’école PAUCHET. Si cette ouverture était pour septembre prochain, nous aurions un modulaire en attendant une construction en dur.

Cette cour est insuffisamment grande pour y installer une classe. Par ailleurs, alors que la Commune vient de modifier son PLU pour protéger les « belles façades », elle ne s’appliquerait pas cette règle à ses bâtiments?!…

Gérard CHATIN a écrit, le 31 janvier, à Daniel VEREECKE, 1er adjoint en charge des affaires scolaires et Maire par intérim, pour faire part de sa différence sur ce projet et proposer d’autres orientations.

Un débat est souhaité sur ce sujet, parents, citoyens, ne laissons pas faire. Il semblerait que la prochaine ouverture de classe ne soit pas pour septembre, au vu des informations parues dans la presse, profitons donc de ce répit pour avoir un vrai débat sur ce qu’il faut faire en matière de bâtiments scolaires. Actuellement c’est la construction d’au moins trois à quatre classes qui est nécessaire….

La lettre de Gérard CHATIN à Daniel VEREECKE

Nos échos du Conseil du 23 Janvier 2018 à lire intégralement

 

 

Maîtrise….

Cette majorité nous dit souvent qu’elle maîtrise…. que ce soit les risques ou les projets….

Une photo prise sur notre zone d’activités il y a une dizaine de jours et postée sur le site du Parisien libéré Oise montre combien les risques sont maîtrisés. Il a fallu l’intervention des pompiers, d’ailleurs présents sur la photo, pour résoudre. Cela se passe près des locaux qui ont subi un incendie, l’an passé. Petit rappel: l’article paru dans le Courrier picard du 26 mai 2017.

Pour ce qui des projets, la maîtrise n’est pas meilleure. Alors que cette majorité annonce une maison de santé à longueur de voeux depuis près de 20 ans comme l’a encore rappelé le 1er adjoint, Maire par intérim, lors des Voeux 2018, le 26 janvier, voici que paraît l’appel d’offres de l’OPAC pour la construction qui sera élaborée sur le terrain SAUREL de 32 logements en deux tranches, l’une de 14 dans les mois qui viennent et livrés fin 2019, l’autre plus tard dont le délai n’a pas été donné. Au fait, contrairement à ce qui a été dit le 26 janvier,il ne s’agit pas d’une Maison de santé, et à ce que trop de gens croient encore, mais de création de cabinets médicaux dans lesquels seront installés nos médecins actuels: infirmières dans la commune depuis plus de 30 ans, Docteur Patrice VAGNER (généraliste) pratiquant dans la commune depuis une décennie, Docteur MASCARENHAS (chirurgien dentiste) installé dans la commune depuis 25 ans, deux de ces cabinets n’ayant pas d’occupant prévu actuellement…. à savoir si l’un de ces cabinets n’est pas ou plus occupé pendant 6 mois, il sera réaffecté en logement par l’OPAC… où est la Maison médicale?…

L’ensemble des lots de l’appel d’offres en téléchargeable PDF

Où est donc la maîtrise dans un projet annoncé depuis 15 à 20 ans et qui n’a plus rien à voir avec ce qui était prévu et n’apportera aucun service supplémentaire à la population puisqu’il ne consiste qu’à déplacer nos médecins actuels dans un même lieu?

Où est la maîtrise des risques annoncée par nos élus dès qu’ils sont interrogés? Inquiétant !…

 

Un commentaire de Philippe MARCOTTE suite aux voeux….

Je suis consterné par les propos de M. Verrecke 1er Adjoint chargé des affaires scolaires qui déclare dans l’observateur de ce jour qu il ne veut plus entendre parler de construction modulaire pour les écoles. Il a fait dépensé à la commune et aux contribuables plus de 250 000 euros pour cette réalisation qui visiblement pose problème aujourd’hui.Cela prouve que la majorité ne réfléchit pas et surtout n’envisage rien pour l’avenir. Il propose une construction en dur si une nouvelle classe s’ouvrait à la rentrée. Très fort, la rentrée c’est pratiquement demain et rien de construit. Je rejoindrai la remarque de Thierry Rémond sur le terrain communal qui va être mis à disposition de l’Ilep alors que des besoins scolaires se font sentir chaque année. En plus avec l’arrivée de l’Ilep et ses différentes structures ( Crèche , bureaux, locaux de stockage, salle de formation…)sur le secteur des écoles l’environnement sera complètement engorgé avec des mouvements d’enfants, de personnes et de circulation à toute heure.
Le 1er Adjoint déclare maîtriser les nouvelles arrivées, en parallèle il est annoncé 14 logements route nationale avec le cabinet médical plus d’autres projets en attente et les mutations de pavillons.
J’espère qu’un jour un vrai projet soit réfléchi. Il en va de l’avenir de notre village de nos enfants de nos écoles et de notre fiscalité. On ne peut pas s’opposer à la construction de logements ni d’infrastructures pouvant venir améliorer le quotidien de chacun mais le conseil devrait réfléchir plus sereinement et arrêter le bricolage qui coûte plus cher et n’embellit pas notre village.

Philippe MARCOTTE

Le patrimoine immobilier municipal menacé … Un pouvoir étonnant…

Les échos du Conseil municipal du  23/01/2018, 20h30:

produit par le Génovéfain Net

Six personnes dans le public dont un représentant de la presse celui de l’Observateur de Beauvais.

Nos Echos en téléchargeable PDF

Daniel VEREECKE, préside la séance, en l’absence de Jacqueline VANBERSEL, pour raison de santé, et désigne Pascal BREBANT, secrétaire de séance.

Etaient présents: Daniel VEREECKE, Georges BERSON, Jacky BEAUDOIR, Dominique LABARRE, Beriza ZIEGLER, Christèle MARIN, Éric MAURIERAS (qui arrivera vers 20h45 mais a donné pouvoir à Jacky BEAUDOIR), Josiane CHAROPPIN, Pierre HAUTOT, Anne-Marie KRAUZE (qui arrivera vers 20h50 mais a donné pouvoir à Pierre HAUTOT), Céline TESSON, Pascal BREBANT,  Isabelle DANINTHE, Camille BALARD pour la liste « Une équipe forte pour agir ensemble » (EFAE);

Gérard CHATIN, Patricia BARBIER et Continuer la lecture

NOUS AIMERIONS PROPOSER MAIS…

L’équipe majoritaire se complaît, ils doivent avoir été drivés, à dire à ceux qui veulent bien l’entendre que leurs opposants « ne font que critiquer et ne proposent rien ».  Il faut que nos concitoyens sachent , ce qui est normal dans une démocratie digne de ce nom, que plusieurs non élus de la liste « Un Nouvel Avenir  pour Sainte-Geneviève » ont proposé d’accompagner le mandat au regard de leurs compétences dans les domaines économiques, sociaux ou culturels.

Déjà en 2012, Madame le Maire avait accepté l’entrée de l’un d’entre nous dans le groupe de travail sur la salle socio-culturelle, il n’a jamais été invité depuis. Dommage, cela aurait peut-être permis à cette majorité de découvrir l’existence des Fonds européens quelques années plus tôt que ces dernières semaines (voir nos Echos du Conseil du 27/09).

Rassurez-vous l’accueil ne s’est pas traduit par un refus net et explicite. Mais par un « on verra » Et puis, il y a eu les rendez-vous annulés par Madame le Maire, deux jours avant leurs tenues prévues, comme celui en 2015, concernant une possible reconversion du site, ça encourage….

Par un document de plusieurs pages, élaboré par plus d’une dizaine de personnes, des propositions d’organisation de la rue de Lachapelle et Lejeune sont adressées au Conseil municipal. Il n’a jamais fait l’objet de débat.

Le document de proposition en téléchargeable PDF


Et puis après un courrier adressé à la Communauté de Continuer la lecture

Maitriser ou subir….

 Le sentiment le plus fort qu’émet la majorité municipale de notre Commune est celui de l’impréparation et du manque de maîtrise. Pourtant 22 ans de pouvoir devrait permettre de reposer sur une certaine expérience et connaissance des problèmes. Or ce n’est pas le cas, c’est ce que nous sommes obligés de constater. Il ne suffit pas de l’écrire, il faut le démontrer.

L’exemple le plus marquant est celui de la situation scolaire mais il n’est pas le seul.

Commençons par celui-ci, il y a un peu plus d’une dizaine d’années, la Commune était menacée d’une fermeture de classe. Jacqueline VANBERSEL réagit : « je ne veux pas que ma Commune vieillisse » et enclenche la construction de logements sociaux : ceux de la Rue de Lachapelle, de la Route Nationale, plus tardivement ceux de la Rue WATTEUWS et ensuite ceux du 27 Rue du Placeau (plus de 120 logements en tout), elle laisse filer la construction privée soit de logements collectifs, soit de pavillons individuels. Maintenant, elle et son équipe s’étonnent de l’augmentation de population qui est passée sur la période d’environ 2 500 à plus de 3 000 habitants se vante parfois désormais la même Madame le Maire. La question est donc de savoir ce que l’on a voulu. Des élus, et pas des moindres, son ex Premier adjoint, avaient tiré la sonnette d’alarme. Son Premier adjoint actuel,  alors conseiller, lors d’un Conseil municipal en milieu du dernier mandat avait voulu alerter le Conseil et s’était vu clouer le bec par la 1èremagistrate qui ne voulait rien entendre. Maitriser ou subir. Il n’y a pas eu maîtrise, la population subît. Pas assez de classes, des cours de récréation trop petites, une restaurant scolaire inadapté et en situation d’hygiène douteuse, une bibliothèque municipale qui pourrait perdre son agrément….

    

Un restaurant scolaire « provisoire » jusque pour encore au moins deux ans dans une salle plus que polyvalente. Des conditions d’hygiène et de sécurité minimales. On notera la porte en aluminium non dotée de sécurité pour empêcher de s’y coincer les doigts.

 

La construction d’un équipement modulaire que l’on installe dans la durée n’est pas une solution acceptable. Elle démontre  l’imprévision des élus majoritaires. Cette photo a été modifiée le 17/10/17 après la demande de personnes exposées….

______________________________________________________________________________Cette évolution a aussi modifié la circulation automobile dans la Commune qui s’est intensifiée, et ce au regard des lieux de construction. Certaines rues ont vu exploser le nombre de passages de véhicules. Là encore, cette équipe cherche à rattraper les difficultés par des artifices, voire des essais multiples et coûteux. Des exemples, le Petit Fercourt Continuer la lecture

Un commentaire nous a été envoyé sur le tourne à gauche par rapport à l’article paru dans l’Observateur de Beauvais du 2 juin:

Personne n a pensé qu il n y avait pas de tourne a gauche en venant de paris pour éviter de faire de la rue du placeau une route nationale bis aux heures de pointe!
Les residants la rue vont remercier les decisionnaires!

L’épandage de 38 000 poules menace notre commune:

Lors du Conseil municipal du 9 février, il a été question d’un projet avicole mené par une entreprise de Esches qui passe son activité actuellement de 26 000 à 38 000 poules. 7 communes sont concernés pour l’épandage des fientes de ces chères volatiles pour une surface totale d’épandage de 276ha dont 10ha sur Sainte-Geneviève et 29ha sur Laboissière en Thelle limitrophe à notre Commune.

Le document d’enquête publique concernant ce projet fait 188 pages. Il a été transféré à tous les élus par un système de box (il est trop lourd pour l’être par courriel). Il est accessible en forme papier en mairie et vous êtes invité à aller le consulter.

Ci-joint, les deux pages qui donnent les détails les plus importants, voire les plus précis, pour notre commune et sa voisine, Laboissière en Thelle. On notera, qu’en fait les près de 40ha sur nos deux communes sont situés à l’ouest de notre commune et qu’ils seront donc sous l’influence de vents dominants (merci pour les effluves). On notera la grande proximité des habitations de la Rue de Méru.

Ci-joint, les deux pages qui donnent les détails les plus importants, voire les plus précis, pour notre commune et sa voisine, Laboissière en Thelle. On notera, qu’en fait les près de 40ha sur nos deux communes sont situés à l’ouest de notre commune et qu’ils seront donc sous l’influence de vents dominants (merci pour les effluves). On notera la grande proximité des habitations de la Rue de Méru.

L’enquête publique, en cours, se tient jusqu’au 27 février prochain et fait l’objet d’un affichage sur le panneau municipal.

Notre Maire a tempêté en Conseil contre ce projet mais plus sur l’aspect du devenir des poules que des retombées pour nos concitoyens. Thierry REMOND a souligné les nuisances d’odeurs d’un tel projet dont il a eu à subir les conséquences sur Gisors où il a travaillé. Gérard CHATIN a interrogé sur la situation précise du projet mais ce n’est qu’en visionnant le document reçu vendredi soir qu’il a pu en situer les conséquences pour les génovéfains.

Il faut réagir massivement sur ce sujet et il est évident que les habitants du Petit Fercourt sont particulièrement concernés.

Les deux pages en téléchargeable PDF

Nos Echos du Conseil du 4 Octobre 2016: si c’était un film, il s’intitulerait « Le mépris »…

Quatre ou cinq personnes dans le public, pas de représentant de la presse locale.

Le compte rendu en téléchargeable PDF

Madame le Maire fait la proposition à Thierry REMOND d’être secrétaire de séance qui accepte. Il assurera cette fonction en commençant par faire l’appel des présents.

 Il faut rappeler avant d’entrer dans le vif de ce conseil, qu’il avait été convoqué auparavant pour le 29 septembre, il a finalement été reporté au 4 octobre avec des points supplémentaires à l’ordre du jour : celui sur le budget assainissement notamment, nous y reviendrons.

Etaient présents: Jacqueline VANBERSEL, Daniel VEREECKE, Georges BERSON, Jacky BEAUDOIR, Dominique LABARRE, Bériza ZIEGLER, Christèle MARIN, Eric MAURIERAS, Josiane CHAROPPIN, Céline TESSON, Anne-Marie KRAUZE pour le groupe « Une équipe forte pour agir ensemble » (EFAE);

Gérard CHATIN, Patricia BARBIER et Thierry Continuer la lecture