fbpx

Tag: salle polyvalente

L’Observateur de Beauvais (7/10/22): rapporte l’inauguration de la salle « Bouton de nacre »…

On notera que, pour une fois, le 1er adjoint ne porte pas l’écharpe à côté du Maire, il est dans les clous…

·  Inauguration de la Salle « Bouton de Nacre », quelques précisions « historiques »…

·  Inauguration de la Salle « Bouton de Nacre », ce samedi 24 Septembre..

Inauguration de la Salle « Bouton de Nacre », quelques précisions « historiques »…

Inauguration de la salle « Bouton de nacre »

Samedi 24 septembre 2022

C’est en 1870 sous la houlette de Joseph HOGUET que commença la fabrication des boutons, tabletteries et montures d’éventails dans la rue du Camp du Puits à Sainte-Geneviève, rebaptisée depuis, rue de l’Eventail vers 1970 (à vérifier).

Marius, le fils de Joseph a pris la relève en 1898.

En 1927, presque 30 ans après, Marius s’est associé avec deux de ses fils, Lionel et Hervé.

A la déclaration de la guerre, vu que ses fils étaient mobilisés, Marius a fermé l’atelier. A leur retour, Lionel et Hervé ont repris chacun une partie d’activité dans l’atelier familial, rue du camps du Puits (rue de l’Eventail actuel). Lionel faisait construire pendant cette période son usine et s’installera, avec ses fils, 13 rue du canton de Beaupréau en 1951, à l’emplacement de la salle polyvalente actuelle.

Il créera «Manufacture Générale de Boutons de Fantaisie, NACREA Lionel HOGUET »

L’entreprise est florissante. C’est plus d’une vingtaine d’ouvriers qui fabriquent des spécialités de nacre. Mais aussi des produits moins coûteux, la galalithe, matières plastiques, cuir, corne et bois des îles.

Une vingtaine d’ouvriers y travaillent, mais aussi beaucoup d’ouvrières à domicile pour l’encartage des boutons.

Lionel avait 3 enfants, Jean-Luc, Jean-Marc (l’époux de Thérèse, ici présente) et Annick (ici présente).

En 1969, Jean-Luc et Jean-Marc reprennent l’activité et créent la société « LES FILS DE Lionel HOGUET ». En 1972, au départ de Jean-Luc pour sa nouvelle activité, Jean-Marc reprendra seul, aidé par son père Lionel jusqu’à son décès en 1978. L’activité s’arrêtera en 1982. Voici donc relater l’historique de cette belle famille de Sainte-Geneviève

Une partie de la famille HOGUET et quelques amis

Un autre article sur le sujet: Inauguration de la Salle « Bouton de Nacre », ce samedi 24 Septembre

La famille HOGUET, des amis et les officiels présents

Inauguration de la Salle « Bouton de Nacre », ce samedi 24 Septembre..

Ce samedi 24 septembre 2022, le Conseil municipal était invité à inaugurer la salle « Bouton de Nacre ». En fait, il s’agissait d’appliquer la délibération du 12 décembre 2019 par laquelle le Conseil municipal unanime avait donné ce nom à cette salle polyvalente en mémoire de son passé industriel et en hommage à la famille HOGUET qui construisit ce bâtiment au début des années 1950. Thérèse HOGUET était l’invité d’honneur de cette cérémonie qui, malheureusement, n’a pu se tenir dans la salle, elle-même, puisqu’elle était louée à des particuliers. L’inauguration s’est donc poursuivie en Mairie par un discours du Maire sur l’histoire local au tour de cette salle ancienne usine qui employait une vingtaine de salarié(e)s jusqu’au début des années 1980. Jacqueline VANBERSEL, Maire honoraire de la Commune, en voyage n’a pu participer à cette inauguration dont elle fut, pourtant, l’initiatrice. Elle s’est excusée et a offert une poterie à Thérèse HOGUET .

Les Drôleries de la Génovéfine: entre découvertes, aveux et incompréhensions, l’adjoint à l’urbanisme nous fait quoi?

Notre adjoint à l’Urbanisme commence par se plaindre des « constructions poussent comme des champignons », lui qui a cédé en moins de deux mois, là où ses prédécesseurs, Daniel JONARD avant 1995, puis Jacky BEAUDOIR, entre 1995 et 2020, avaient su résister pendant plus de 30 ans et avaient pu éviter les dérangements que nous voyons poindre avec le chantier de la construction de 3 logements et de leurs garages, on peut d’ailleurs se demander où sont les 2 places obligatoires par logement. L' »Urbaniste » a donc encore échoué par cette décision prise le 20 septembre 2020.

Hé oui, cela pose déjà des problèmes de stationnement, il en est responsable, quant aux problèmes de voisinages, il sait déjà qu’il les aura créés, cela n’excuse pas les difficultés que ces habitants vont connaître pour des années. Les légères modifications apportées au PLU ne résoudront pas ces questions. Elles sont nettement insuffisantes. Ramener l’échec de la procédure de modification à une simple erreur de communication (ce serait la faute de l’adjoint chargé de la Comm’), c’est n’avoir rien compris au rapport du Commissaire enquêteur, aux différentes remarques faites par les riverains notamment, mais aussi par tous ceux qui ont apporté des contributions à cette enquête. La route inadaptée, les possibles coulées de boue et inondations, l’inadaptation de ces terrains à l’activité économique sont des sujets qui ne se résoudront pas pour ces terrains, il faut regarder ailleurs. Il faut leur donner une autre destination que celle d’activité économique.

Continuer à raconter n’importe quoi à la population en évoquant d’éventuels projets de salle socio culturelle, d’équipements de loisirs pour les enfants, c’est se moquer une nouvelle fois des habitants. Une zone 1AUi est destinée à recevoir des activités économiques pas des équipements publics. Cela démontre, une nouvelle fois, que cette nouvelle majorité n’avait pas et n’a toujours pas de projet, qu’elle navigue à vue et sans concertation réelle avec les élus, d’une part, mais aussi avec la population.

Dès Juillet 2020, deuxième réunion de Conseil municipal, vote du budget 2020, les élus « Un Nouvel Avenir pour Sainte-Geneviève » demandaient une révision du PLU pour, enfin, fixer des orientations claires et concertées des équipements publics (salle socioculturelle, médiathèque, parkings, espaces de jeux, ….) nécessaires, des sites pour accueillir les projets économiques et les éventuelles réponses aux besoins de logements…

Deux ans après, nous restons sans réponse sérieuse à ces demandes dont l’urgence apparait de plus en plus forte…

Voir aussi sur ce sujet:

L’heure des bilans « Acte 2 »: une salle… défaite?

En 2009, notre Maire depuis 1995 (année où elle avait promis de déplacer la salle polyvalente) engage l’achat de l’usine PREVOTE pour 790 000€. Depuis, d’année en année, comme mors de ces derniers voeux du 17 janvier 2020, alors que ce bâtiment nous, vous, coûte 70 000€/an, l’annonce revient d’une salle socioculturelle ou polyvalente ou… selon les humeurs.

Les derniers projets avancés au Conseil municipal prévoit un projet d’une salle de 240m2 pour un coût d’environ 1 000 000 d’€uros ce qui fera un coût total de près de 3 000 000 d’€uros pour un beau gâchis. Pour comparaison, l’équipement de Parisis Fontaine à Noailles a coûté 1 200 000€ pour 3 salles qui totalisent près d’un millier de m2, Villers Saint-Sépulcre vient de construire une Mairie de 600m2 pour 600 000€.

Autres aspects, l’éloignement de la salle entrainera des travaux importants pour s’y rendre… traîne encore fortement, plus de dix ans après l’achat, des rumeurs sur la présence d’amiante sur le bâtiment…

Le complexe de Noailles

Toujours est-il que 25ans pour un si piètre résultat ne saurait constituer une réussite… qui connaît une commune ou une entreprise, voire un bon père de famille qui dépenserait plusieurs centaines de milliers d’€uros pour n’en rien faire pendant plus de dix ans?…

Renouvellement de l’ILEP pour le périscolaire et 3 autres points réglés en quelques minutes (extrait de Nos échos du Conseil du 12/12/19):

3) Choix du délégataire et du contrat de délégation du Service Public d’accueil périscolaire, d’accueil de loisirs sans hébergement et de restauration scolaire:

Madame le Maire rappelle que les élus ont été destinataires de tous les documents concernant cette procédure de délégation de service public. 

Elle propose de passer au vote après avoir demandé s’il y a des questions et rappeler qu’il y avait deux offres proposées.

Elle propose d’adopter l’attribution de la délégation à l’ILEP.

La proposition est adoptée à l’unanimité sans débat.

Commentaire : Ce sujet qui porte sur un budget extrêmement important, du point de vue financier, aurait mérité un débat plus important, il est vrai que les Conseillers municipaux ont été destinataires, près de 15 jours avant la réunion, ce qui est exceptionnel, de tous les documents leur permettant d’être informés sur le processus de choix. L’ILEP est donc reconduit pour quatre ans.

4) Dénomination de la salle polyvalente:

Madame le Maire fait un petit point d’histoire des locaux de la salle polyvalente du 13 rue du Canton de Beaupréau. Elle rappelle le passé d’usine de fabrication de boutons et propose le nom de « Bouton de nacre » pour la salle.

La proposition est adoptée à l’unanimité

Après le vote, Madame le Maire donne la parole, ce qui est exceptionnel à Valérie HOGUET, membre de la famille des boutonniers de cette ex usine.

Commentaire : L’ex usine a été achetée en début 1983, alors que Jacqueline VANBERSEL était Conseillère municipale. Il est curieux qu’il ait fallu attendre tout ce temps pour lui donner un nom dont l’attribution aurait mérité une concertation qui ne pouvait qu’être que plus importante puisqu’elle a été inexistante. Le nom retenu ne fait pas spécialement problème.

Arrivée de Claude GARDETTE à 21h

Lire la suite

Dans Oise Hebdo (23/01/19): les voeux de Hermes

Comment une équipe municipale élue en 2014 met en place des engagements que nous attendons à Sainte-Geneviève d’une équipe en place depuis 1995????? On notera, le pôle de santé de 7 médecins réalisé en un peu plus d’un an…. entre autres.

Dans Oise Hebdo (17/10/18): une salle inaugurée…

 

La réponse que nous a faite la Mairie de Fleurines à propos du coût de cette salle:

« Suite à votre demande nous vous informons que le coût de la salle Firmin Declercq est de 730 000 euros.

Il faut rajouter l’équipement (tables chaises cuisine 15000 euros vidéo projecteur, écran et divers petits matériels) et les extérieurs (parking, espaces verts etc)

Ce qui représente un coût d’environ 900 000 euros TTC au total »

On se peut comparer avec ce que va nous coûter notre futur salle

L’article complet en téléchargeable PDF

Où est l’intérêt communal?

Quand Madame le Maire utilise les Conseils municipaux et leurs procès verbaux officiels pour régler ses comptes et faire de la calomnie…

(extrait du Compte rendu officiel de la réunion du 20 décembre 201)

Compte rendu définitif du conseil municipal du 20 décembre 2017 (complet) en téléchargeable PDF