Aller au contenu

1er adjoint

Fallait-il sauver le soldat… (article extrait de notre bulletin de juin 2019)

Dans notre dernière édition, nous avions évoqué la situation particulière en indiquant quelques pistes vers lesquelles elle pouvait nous conduire. D’autres se sont mises en œuvre. Si Daniel VEREECKE a été reconduit dans ses fonctions d’adjoint par le vote du Conseil du 19 février. Il reste qu’il n’est plus 1er adjoint et est adjoint sans délégation. Madame le Maire, pour ne pas créer de nouveaux troubles internes à sa majorité, n’a pas désigné de nouveau (lle) 1er adjoint ou 1ère  adjointe. Le protocole et la loi ont répondu à cette situation puisqu’en l’absence de 1er adjoint, le 2ème est promu et fait office de.

Sur la question d’un éventuel recours sur le retrait de délégations de l’ex 1er adjoint, nous n’avons jamais su officiellement s’il en avait fait un et nous n’avons pas plus été renseigné sur son éventuel résultat vraisemblablement négatif.

Madame le Maire n’a jamais répondu clairement à la question de savoir qui reprenait la délégation spécifique des « affaires scolaires » mais il semblerait que cela ait été réglé?!…

Si les séances de Conseil municipal connaissent des moments plus houleux encore qu’auparavant, les cibles de ces moments sont désormais différentes. (Voir nos Echos du Conseil sur  www.legenovefain.net)

Cela n’a pas empêché que le budget 2019, malgré quelques bizarreries, ait été voté à l’unanimité moins une voix contre  (Gérard CHATIN), lors du Conseil du 3 avril dernier.

Si on a vu lors de ce même Conseil, l’ancien 1er adjoint demander pourquoi il n’était plus dans les Commissions, celui-ci s’est satisfait de la réponse du Maire « c’est comme ça, c’est moi qui décide » ce qui est faux, c’est au Conseil municipal de délibérer de la constitution des commissions. Il aurait été intéressant de poser la question au Conseil plutôt qu’au seul Maire.

La situation reste confuse et le sera sans doute jusqu’en mars 2020, date des prochaines élections municipales. La question posée en titre subsiste « fallait-il sauver….? »

L’année de tous les possibles (extrait de notre bulletin de mars 19):

L

La situation inhabituelle, inattendue et incroyable dans laquelle nous nous trouvons, depuis ce mois de janvier et cette réunion du 19 février, amène de nombreux concitoyens à se poser des questions sur le fonctionnement du Conseil durant cette année qui va nous conduire aux municipales  de mars 2020. Les scénarii sont multiples et nous allons essayer de les aborder avec les éléments à notre connaissance à cette mi-mars où est rédigé cet article.

Continuer la lecture

Exécution publique à Sainte-Geneviève ou le syndrome de la mante religieuse…. (extrait de notre bulletin de mars)

Quelle ambiance ? Que pourrait-on dire d’une réunion de Conseil municipal comme celle du 19 février…

Agitée ? bien que ce ne soit pas la première fois que nous assistions à des débats houleux ponctués de tous les attributs que l’on retrouve généralement lors d’un conseil de république bananière. Cette séance a donc été particulièrement  significative par sa violence empreinte d’une volonté de règlements de comptes entre élus pourtant d’un même groupe, qui ne devrait pas, si retenue il y avait, atteindre la sphère du public. Enfin… à connaître les acteurs, les spectateurs ont apprécié la fracturation évidente du groupe majoritaire.

Cet épiphénomène politique faisant se gausser les médias présents est avant tout délétère par sa nature et destructif par ses effets. Il peut s’expliquer par de multiples facteurs qui, mis bout à bout, finissent par déclencher la belle éruption à laquelle nous avons eu droit. A commencer par la manière de gouverner et de diriger les débats, tâche du 1er Magistrat. De fait, Madame le Maire, omnipotente, autoritaire, imprévisible, intolérante,  ne laisse que très peu de chances à ses adjoints, aux élus de sa majorité comme des minorités de s’exprimer librement : si on laisse la parole à un interlocuteur, on se doit d’écouter  et de ne pas l’interrompre dès que ses propos ne conviennent pas. Une telle attitude débouche alors nécessairement à une insatisfaction, puis une frustration, dans un premier temps, dans un second temps, à une désaffection de la mission jusqu’à une démission.

Ceci nous semble particulièrement caractéristique du fonctionnement du « clan » majoritaire qui au travers d’un « spectacle » devenu affligeant ne peut qu’affaiblir le pouvoir en place.

Au fil des années, ce pouvoir exercé d’une manière autocratique trouve sa conclusion par un accès paranoïaque qui se traduit entre autres par un rejet systématique de toute autre forme de pouvoir que le sien. La seule solution pour le dirigeant consiste à éliminer le concurrent potentiel, attitude « criminelle », du syndrome de la « mante religieuse », combien doit-on compter d’adjoints, successeurs potentiels ou pas, de conseillers municipaux qui ont été évincés sur près de 25 ans.

Tout animal, pour opérer sa survie, doit procréer instinctivement et, pour cela choisir son (ses) partenaire (s). Cependant, l’heureux élu ne devra pas lui porter ombrage et pour cela la mante utilise la manière forte consistant à dévorer la tête de l’amoureux après copulation. Convenez que dame nature est parfois cruelle. L’approche de la mante religieuse se déroule selon un rite bien établi et le mécanisme des différentes phases s’apprécie comme suit :

Tout d’abord, une séduction, marque de la nécessité de plaire et de jouir des bourdonnements consécutifs à sa parade nuptiale

Le temps des choix du candidat potentiel vient ensuite, accompagné du miroitement possible d’une carrière successorale qui se dessine peu à peu

La période des amours est parsemée de flatteries et compliments adressés à l’heureux élu en vue d’une mise en confiance inévitable

Culture de la confidence et de l’intimité vont de pair car seuls quelques prétendants pourraient accéder à ce graal. Tout se déroule parfaitement bien quand, soudain, apparaissent les premières divergences, relayées par les premières dissidences relevant d’une vision politique quelque peu différente.

Le mal est consommé, le (la) dauphin(e) se voit rapidement qualifié(e) d’incompétence, d’intrigues, de trahison parfois. Il faut alors l’éliminer au plus vite.

Chez les humains, on ne se dévore pas la tête. Cela peut vous rappeler toute une littérature d’un pouvoir égocentré. Il suffit de se reporter à des auteurs comme MONTAIGNE, LA FONTAINE, MONTESQUIEU, VOLTAIRE ou encore Victor HUGO. Il y a l’embarras du choix.

Les citoyens Génovéfains, spectateurs d’un tel drame de gouvernance en direct s’inquiètent, à juste titre, et craignent les risques collatéraux qui peuvent suivre une telle politique à moins d’un an des municipales.

Beaucoup d’entre eux découvrent désormais la réalité d’un mandat de trop pour une équipe sans projet qui fait prendre conscience d’un futur incertain.

Que faire et que dire ? Qui aura le courage de trancher le nœud gordien ?

En revoyant le film « La folie des grandeurs » vous aurez quelques réponses sur un mode de fonctionnement dépassé mais encore trop présent dans cette majorité.…

Un témoin  de cette mémorable réunion ….

Exclure, exclusif… ça continue…

Actuellement, le « Guide pratique 2019-2020 » de la Commune est en cours de distribution. Si vous avez un peu de temps, ou le sens de l’observation, vous remarquerez que le processus d’élimination se poursuit. C’est ainsi que, le 1er adjoint sans délégation mais pas destitué, Daniel VEREECKE qui figurait dans la constitution de la Commission des finances en 2018, et les années précédentes, ne figure plus dans cette Commission dans ce Guide 2019-2020. Il ne s’agit pas d’un oubli mais de la poursuite d’un processus d’élimination… engagé par les « formalités » de l’arrêté de retrait de délégations du 24 janvier, puis par la tentative de destitution du 19 février…

Le 26 mars, se tient la Commission des finances qui préparera le Conseil municipal du 3 avril lors duquel le budget 2019 devrait être présenté au vote. Daniel VEREECKE n’y est pas invité, ce n’est sûrement pas un oubli… D’autres membres ne sont pas invités, là encore, ce n’est sûrement pas un oubli!?…. Mais bien l’expression de ces processus d’exclusion…..

Pas de destitution, 11 à 10, 1 nul, les deux représentants de l’exécutif dos à dos (extrait de nos Echos du Conseil du 19/02/19):

  1. Décision de maintien ou non d’un adjoint dans ses fonctions suite à un retrait de délégations :

Madame le Maire souhaite ne pas donner d’explication autres que celle qu’elle a retiré ses délégations à Daniel VEREECKE, 1er adjoint, que pour l’instant il garde cette fonction mais sans les pouvoirs que donnait cette délégation. Il perd ses indemnités et la décision à prendre consiste à lui retirer sa fonction de 1er adjoint.

Daniel VEREECKE demande la parole et exprime son incompréhension de la décision prise par Madame le Maire. Il lui demande de donner plus d’explications que celles données ces derniers jours dans la presse.

« La presse a tout dit » rétorque-t-elle avec un début d’énervement. Mais les vrais sujets ne manquent pas, il y a celui de la future échéance de 2020 « que tu.. que vous prépariez derrière mon dos » renvoie-t-elle en direction de Daniel VEREECKE « Il y a aussi les décisions prises sans mon aval,….. »

Daniel VEREECKE évoque une autre préparation de liste organisée par un trio constitué par Beriza ZIEGLER, Dominique LABARRE et Jacqueline VANBERSEL, tu es manipulée par Beriza ZIEGLER.

Madame le Maire tente de relancer le vote en précisant qu’elle a apporté toutes les explications nécessaires à ces colistiers.

Gérard CHATIN intervient pour demander que tous les élus soient informés, évoque le respect de l’opposition, et indique que le public venu nombreux n’est pas là pour rien, il attend lui aussi des explications, il y a droit. Il déclare qu’il ne prendra pas part au vote. Il rappelle qu’il y a déjà eu une destitution curieuse qu’il n’a pas votée et que cette seconde est un règlement de compte. Il rappelle que l’adjoint dispose d’un délai de recours dont  il n’est même pas tenu compte.

Pierre HAUTOT abonde dans le même sens et indique que « bien que membre de la majorité, il n’a pas bénéficié d’explication…

Jacqueline VANBERSEL reprend en indiquant qu’elle « n’a pas à s’expliquer, l’opposition est respectée mais…. je ne suis pas manipulée… » et conspue Gérard CHATIN pour «  près de 400 lettres qu’il lui aurait envoyées ». Il lui demande de les publier et déclare « s’il n’y avait pas tant à dire, il n’y aurait pas tant à écrire.. »

Pierre HAUTOT demande la parole et « rappelle à un peu plus de dignité. Je vous connais, dit-il en direction de Jacqueline VANBERSEL. Je vous ai défendu, je vous ai soutenu, face à Gérard CHATIN même quand ce n’était pas défendable. Alors il y a le sacrilège des photos, vous m’avez retiré les droits sur Face Book, depuis il n’y a plus de comm… »

Jacqueline VANBERSEL exprime qu’elle s’en moque des photos qu’elle en a 1 500 chez elle. Ce n’est pas ça, tout est préparé en dessous sans m’en parler… dénonce-t-elle. J’ai été insultée (par Daniel VEREECKE) devant 5 personnes, j’ai des témoins, je ne les citerai pas mais j’ai des témoins…

Dominique LABARRE tente de ramener à la raison par un « Ca suffit les mensonges… »

Elle est interrompue par Beriza ZIEGLER qui prend la parole « nous avons voulu arrêter le Face Book où il y avait trop de photos d’élus maintenant on passe des annonces d’associations ou de la Commune. Il n’y a pas de manipulation, je n’ai manipulé personne, qui peut imaginer que l’on puisse manipuler Madame le Maire. C’est Daniel VEREECKE qui nous a manipulés avec un restaurant scolaire de 257 places au lieu de 400 annoncées, un parking à 400 000€ qui ne profitera qu’a l’ILEP dont d’ailleurs Daniel VEREECKE est devenu membre du CA, il y a peut-être conflit d’intérêt…, des plans pour les écoles commandés sans accord du Maire…

Gérard CHATIN prend la parole et exprime sa satisfaction des déclarations de Beriza ZIEGLER qui, selon lui, n’a fait qu’expliquer tous les dysfonctionnements de la majorité municipale, du Conseil municipal quand avons-nous des documents précis ? des notes pour voter clairement ? des comptes rendus de commissions ?

Camille BALARD propose de passer au vote.

Madame le Maire propose de désigner deux assesseurs, elle propose Josiane CHAROPPIN, puis se tourne vers Martial ROZE à qui elle propose d’être le deuxième.

Après quelques échanges encore un peu vifs on passe au vote.

Josiane CHAROPPIN appelle les élus à voter à bulletin secret en respectant l’ordre du tableau.

Le dépouillement est assuré par les deux assesseurs. Il y a 22 votants dont quatre pouvoirs, Gérard CHATIN ayant déclaré qu’il ne participerait pas au vote.

Le maintien de Daniel VEREECKE comme 1er adjoint obtient 11 voix, alors que sa destitution obtient 10 voix, il y a un vote nul (deux bulletins différents dans l’enveloppe).

Commentaire : Cet évènement ne relève pas le débat des Conseil municipaux, il est du plus bas niveau dans ses débats. Il met à jour des anomalies importantes dans le fonctionnement de l’exécutif municipal, de la majorité et même du Conseil municipal. Certaines ont souvent été dénoncées dans ces colonnes et dans les publications du GRG. Elles sont désormais avérées, même par les déclarations d’une adjointe non encore destituée, elle….

En effet, dans un tel système, la question est « à qui le tour ? »

Avec ce vote, le Conseil municipal cherchera sa majorité et le 1er adjoint sans délégation peut s’appuyer sur un vote fort pour faire recours de son retrait de délégation.

Un point 2 prévoyait de voter sur la détermination du nombre d’adjoints. Vraisemblablement le projet était de le ramener à 5. Nous y reviendrons plus loin.

Dans l’Observateur de Beauvais (22/02/19): un article sur le Conseil municipal du 19

Pour tenir compte des éditeurs de presse, désormais, nous ne publierons les articles complets (sauf urgence absolue) qu’après le retrait de la vente du journal concerné. Soit à partir du lendemain, pour un quotidien, une semaine après pour un hebdomadaire. Cette disposition est prise en vue de ne pas freiner la vente de la presse qui a bien besoin d’être soutenue par un lectorat suivi et des maisons de la presse qui sont des commerçants importants de nos villages.

Au moment de la parution, nous annonçons de façon résumée l’article qui a attiré notre attention.

Merci de votre compréhension

L’ordre du jour du Conseil municipal du 19 février 2019:

Les deux premiers de l’ordre du jour sont:

  1. Décision de maintien d’un adjoint dans ses fonctions suite à un retrait de délégation
  2. Détermination du nombre d’adjoints au Maire

Un communiqué du GRG, à propos du retrait de délégation du 1er adjoint:

Suite à l’affichage sur les panneaux municipaux, près d’une semaine après que la décision ait été prise, nous apprenons « officiellement » le retrait des délégations de Daniel VEREECKE, 1er adjoint par ailleurs en charge des questions scolaires. Cette « information » n’est accompagnée d’aucun communiqué spécifique en direction notamment de la population qui est pourtant en droit  de connaître quel différend politique ou personnel justifie ou explique une décision d’une telle importance.

La principale délégation remise en cause est particulièrement importante puisqu’elle concerne le domaine dans lequel la Commune occupe une fonction régalienne importante, les écoles.Les Génovéfains ont le droit de savoir quelles raisons ont entrainé un choix aussi conséquent pour la gestion de la Commune.

Une présentation décevante du 1er adjoint, sur un sujet simple (extrait de nos échos du Conseil du 15/11/1/):

 8) Classe de découverte 2019 – Participation de la Commune –Fixation des tarifs:

Madame le Maire donne la parole à Daniel VEREECKE qui évoque les différentes participations et donne l’urgence de voter ce tarif puisqu’il souhaite que les parents puissent bénéficier d’un paiement en trois fois d’ici février. Dominique LABARRE fait un commentaire gestuel indiquant que c’est quasiment impossible. Il s’agit donc d’un séjour à Londres qui concernera les enfants des classes de CM2 y compris ceux CM1 en classe avec ceux-ci, Daniel VEREECKE indique au passage qu’ils sont passés de 44 élèves à 78.

La participation  des familles sera de 150€ par enfant, l’APEEPM apporte 10€ par enfant. Le coût du voyage est de 16 720€ soit 209€ par élève partant (ces chiffres sont repris du compte rendu officiel de la Commune tant il n’a pu être possible de les prendre lors de la présentation par Daniel VEREECKE).

Bériza ZIEGLER fait remarquer à Daniel VEREECKE qu’il inclut dans le financement de ce voyage les 12€/élève attribués par la Commune alors qu’ils ont déjà été affectés en Conseil de Classe. Daniel VEREECKE répond par un « On verra ».

Les conditions de ce séjour sont approuvées à l’unanimité malgré une présentation un peu floue.

Commentaire : Il est vrai qu’après la présentation très claire vue précédemment celle du 1er adjoint, sur un sujet bien plus simple, est un peu décevante…

9) Théâtre du Beauvaisis – Contrat de financement 2018-2019 :

Madame le Maire évoque la convention qui entraîne une participation de 6€ par enfant et par animation. Les enfants de Sainte-Geneviève iront voir une présentation de « Pierre et le loup » en février ou mars prochain.

L’accord à signer cette convention est donné à l’unanimité.

Commentaire : Sans….