Aller au contenu

Bibliothèque

Ascenseur pour l’échafaud (article extrait de notre bulletin de juin 2019)

Notre bibliothèque a 25 ans actuellement, elle fut mise en place en 1994. Depuis, l’équipe, arrivée en 1995, n’a fait que tergiverser sur son ré aménagement, sa ré implantation, sans jamais produire de solution. Il faut savoir que sa situation pourrait conduire à ce que lui soit retiré son statut de bibliothèque municipale au regard, notamment, de son manque d’accessibilité (escalier dangereux et inadapté) mais aussi de sa taille insuffisante.  Parmi les priorités présentées au budget 2019, figurait l’accès PMR à cette bibliothèque. L’idée géniale consiste à construire un ascenseur sur le fronton de la salle polyvalente qui aboutirait sur le palier de l’étage. C’est presque une provocation. En effet, quand on connaît le lieu, on se demande où les élus qui ont décidé d’un truc pareil on réfléchit. L’opération, évaluée à 40 000€, ressemble encore à ces coups d’essais couteux et douteux dont l’exécutif local a le secret.  En tout cas, on sait déjà que cet ascenseur ne résoudra pas vraiment les difficultés d’accès, qu’il a vocation à éliminer,  des Personnes à Mobilité Réduite ? L’accès pour les classes n’en sera toujours pas amélioré. Drôle de cadeau d’anniversaire.

Budget 2019, d’autres choix sont possibles….. (extrait du bulletin de Janvier 19)

Alors que se prépare le budget 2019, dernier de cette mandature et qui aura vraisemblablement pour priorité l’engagement des travaux de la Salle socioculturelle ex PREVOTE, sans projet, et qui pourrait être rebaptisée « l’Arlésienne » tant elle se sera fait attendre, il est possible de faire un bilan et d’évoquer très clairement comment les choses auraient pu se faire autrement. Il est sûrement utile de rappeler les priorités pour notre Commune et sa population. 

Le sens des priorités, ils réalisent en 2019 l’urgence de 2014…

Tout d’abord, rappelons que la priorité ressortie des débats des Municipales de 2014 portait sur l’urgence de la construction d’un restaurant scolaire, cela constituait un minimum. Le résultat, aujourd’hui, c’est la restructuration de l’ex cantine en classes, depuis trois ans un préfabriqué d’un coût de de près de 240 000€, bruyant et mal isolé thermiquement notamment mais pas seulement, des réaménagements avec autant de rustines dans l’école maternelle…  et la salle polyvalente devenue super poly puisqu’elle sert à  tout (cantine, réunions publiques municipales, certaines animations associatives,….) ce qui n’est pas sans poser certaines questions d’hygiène et d’intendance, mais ne peut 
pas servir à tous puisque selon la majorité municipale ce n’est pas possible, ce qui n’est pas sans poser d’autres questions sur leur fonctionnement démocratique… p

Moi, ce que je vois même si je me répète, c’est que je suis rentré en CP en 2014, on par lait restaurant scolaire pour bientôt. Je ne le verrai pas puisqu’en 2019 je suis au collège après avoir passé un an dans une cabane de chantier comme classe avec près de 30 élèves….. Il est où le bonheur, il est où….  La galère… Vraiment….

Ces différents bricolages, déménagements, atermoiements divers et autres préfabriqués auront coûté en moyenne 200 000€ par an, soit 1 million d’€ tout de même….. tout cela pour un aussi piètre résultat.

On pouvait faire …

Ce million aurait été investi dès le début du mandat avec les fonds, 1 600 000€, qui sont engagés dans le restaurant scolaire  ce qui aurait permis la construction d’un ensemble scolaire, restaurant scolaire compris, correct et permettant de répondre aux besoins dès 2015—16 en préservant les enfants, les personnels enseignants ou non enseignants, dans de bonnes conditions. Nous avons fait des propositions dans ce sens, dès début 2016, elles n’ont jamais été écoutées et donc encore moins étudiées…

Nos bâtiments scolaires qui ont un certain cachet font partie de notre patrimoine, ils doivent être préservés.

Nos bâtiments scolaires qui ont un certain cachet  font partie de notre patrimoine, ils doivent être préservés.

Plutôt que la construction couteuse et encore très discutable d’une classe dans la cour de l’école PAUCHET….. Plutôt, encore, qu’une salle mal implantée, mal adaptée, ne correspondant pas aux besoins, et redisons-le sans projet,  aujourd’hui, nous proposons, et cela devrait être la priorité de 2019 que soit construit un ensemble de 4 à 5 classes pour retrouver une structure scolaire de qualité.  Nous proposons également, après cette construction, de transférer la bibliothèque—médiathèque dans les locaux de l’Ecole PAUCHET  ainsi nous ferions d’une pierre deux coups: résoudre la question scolaire et donner de réels moyens à notre bibliothèque municipale inaccessible et  menacée de perte d’agrément plutôt qu’un hypothétique et coûteux ascenseur qui ne résoudra rien à terme comme pourtant  ose l’imaginer certains membres de la majorité.

Madame le Maire, notre grande lectrice… (article de la page 3 de notre bulletin de juin)

Notre Maire a paru bien intéressée par la lecture de notre bulletin de mars. Réactive, ce n’est qu’à partir de début Mai qu’elle a commencé à répondre, en certifiant (Oise hebdo du 2 mai) que les travaux de ce qu’elle ose encore appeler une maison de santé allait commencer avant la fin de l’année. En début 2016, il avait été garanti au Conseil municipal que ce serait livré début 2018. Ne pas tenir ses engagements permet de les présenter de multiples fois… Dans cet article, elle fait invectives sur invectives en direction de ses prédécesseurs qui ne lui auraient rien laissé…. Elle oublie au passage qu’elle a été élue Conseillère municipale de 1977 à 1983 et qu’elle ferait partie de ceux qui ne lui ont rien laissé…

 

Sa lecture approfondie l’a amené à rejoindre tardivement les inquiétudes que nous avions soulevées dans ces colonnes en mars, « Le maire inquiète de la future installation du Leclerc à Noailles » titrait Oise hebdo du 16 mai. Mais la surprise c’est que cette réaction faisait fi du fait qu’elle avait à diverses reprises participé aux décisions qui favorisaient l’implantation de cette nouvelle grande surface au mépris des intérêts de notre Commune mais aussi de bonnes règles équilibrées de développement économique, si la concurrence stimule le marché, trop de concurrents sur un marché rend difficile la vie des acteurs économiques….
Sa conclusion de cet article est extraordinaire, « ça fait deux ans qu’on entend parler du Leclerc et il n’y a toujours rien » s’exprime Madame le Maire, mais alors pourrait-on répondre cela fait 23 ans que vous promettez de Mieux vivre à Sainte-Geneviève, plus de 20 ans que vous nous aviez promis une maison de retraite, plus de 15 une maison de santé, plus de 10 que vous avez acheté l’usine Prévôté,…. un restaurant scolaire, des classes dignes de ce nom, une bibliothèque et on a toujours rien vu de tout cela…. Au bout de 23 ans….?!..2 ans, voilà qu’elle se soucie de son boulot de dans deux ans ?!….