Aller au contenu

Maitriser ou subir….

 Le sentiment le plus fort qu’émet la majorité municipale de notre Commune est celui de l’impréparation et du manque de maîtrise. Pourtant 22 ans de pouvoir devrait permettre de reposer sur une certaine expérience et connaissance des problèmes. Or ce n’est pas le cas, c’est ce que nous sommes obligés de constater. Il ne suffit pas de l’écrire, il faut le démontrer.

L’exemple le plus marquant est celui de la situation scolaire mais il n’est pas le seul.

Commençons par celui-ci, il y a un peu plus d’une dizaine d’années, la Commune était menacée d’une fermeture de classe. Jacqueline VANBERSEL réagit : « je ne veux pas que ma Commune vieillisse » et enclenche la construction de logements sociaux : ceux de la Rue de Lachapelle, de la Route Nationale, plus tardivement ceux de la Rue WATTEUWS et ensuite ceux du 27 Rue du Placeau (plus de 120 logements en tout), elle laisse filer la construction privée soit de logements collectifs, soit de pavillons individuels. Maintenant, elle et son équipe s’étonnent de l’augmentation de population qui est passée sur la période d’environ 2 500 à plus de 3 000 habitants se vante parfois désormais la même Madame le Maire. La question est donc de savoir ce que l’on a voulu. Des élus, et pas des moindres, son ex Premier adjoint, avaient tiré la sonnette d’alarme. Son Premier adjoint actuel,  alors conseiller, lors d’un Conseil municipal en milieu du dernier mandat avait voulu alerter le Conseil et s’était vu clouer le bec par la 1èremagistrate qui ne voulait rien entendre. Maitriser ou subir. Il n’y a pas eu maîtrise, la population subît. Pas assez de classes, des cours de récréation trop petites, une restaurant scolaire inadapté et en situation d’hygiène douteuse, une bibliothèque municipale qui pourrait perdre son agrément….

    

Un restaurant scolaire « provisoire » jusque pour encore au moins deux ans dans une salle plus que polyvalente. Des conditions d’hygiène et de sécurité minimales. On notera la porte en aluminium non dotée de sécurité pour empêcher de s’y coincer les doigts.

 

La construction d’un équipement modulaire que l’on installe dans la durée n’est pas une solution acceptable. Elle démontre  l’imprévision des élus majoritaires. Cette photo a été modifiée le 17/10/17 après la demande de personnes exposées….

______________________________________________________________________________Cette évolution a aussi modifié la circulation automobile dans la Commune qui s’est intensifiée, et ce au regard des lieux de construction. Certaines rues ont vu exploser le nombre de passages de véhicules. Là encore, cette équipe cherche à rattraper les difficultés par des artifices, voire des essais multiples et coûteux. Des exemples, le Petit Fercourt a connu tant sur la Rue de Méru que de Noailles, plusieurs essais de réalisation pour freiner la vitesse. Lors du Conseil municipal du 27 septembre dernier, des élus même de la majorité en convenaient, sans résultat probant. L’urbanisme n’a pas suivi notre évolution. Mais que penser  quand d’une équipe qui, quand elle souhaite faire un tourne à gauche, le considère immédiatement en travaux sans  passer par la réflexion urbanistique du sujet et qui croit mordicus que l’urbanisme ne réside que dans le fait d’attribuer des permis de construire (citation d’au moins deux adjoints actuels). Ils ne maîtrisent pas, nous subissons. Problèmes de stationnement, de vitesse, de sorties de véhicule mal positionnées, d’implantations fâcheuses de constructions….

L’évolution de la Commune a aussi ses aspects sociologiques. Une telle évolution de population nécessite un accueil autre que celui actuellement réalisé, en catimini, sans réelle mobilisation des élus, voire avec l’éviction de certains d’entre eux. Par ailleurs la Communication d’une Commune qui connaît un turn over d’environ 40% par décennie ne peut être la même que quand tout le monde se connaissait et travaillait sur place pour beaucoup. Il faut un relationnel fort  et une démarche d’explications permanente et arrêter de penser que nos concitoyens sont forcément informés. Il faut mettre en place des modes d’informations, d’élaboration des projets et de concertation qui mettent les habitants, tous les habitants, les élus, tous les élus, en possibilité d’exprimer leurs positions, leurs propositions. La majorité actuelle continue à attendre la participation de nos concitoyens sans créer les conditions de nécessaires échanges et de réflexions adaptés. Il faut cesser de faire des réunions publiques sans information publique, hé oui ça n’existe qu’ici. C’est une invention de cette équipe. Ils ne maîtrisent pas, nous subissons. La rumeur l’emporte sur  l’information, l’irréel sur le concret, le flou sur la transparence.

 

                                 Gérard CHATIN

                     Conseiller Municipal minoritaire

           « Un Nouvel Avenir pour Sainte-Geneviève »

Cet article est extrait de l’Entre deux lignes diffusé à compter du 14 Octobre 2017

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous n'êtes pas un robot... répondez: