Aller au contenu

Le crépuscule d’un système… (extrait de notre bulletin de mars 2019)

En novembre 2016, dans ces colonnes, je vous évoquais le fonctionnement de la majorité municipale comme un système incapable de répondre aux défis de notre Commue. Défis sociologiques, défis démocratiques, défis urbains, défis humains …. Il y a des moments où l’on préférerait se tromper  plutôt que de voir les désastres des effets de ce que l’on a annoncé. C’est le cas. 

Ce que nous venons de vivre avec le Conseil municipal du 19 février est la malheureuse expression de l’incapacité de cette majorité à gérer démocratiquement le pouvoir. Cette équipe, élue sans projet, désigne un maire et 6 adjoints qui fonctionnent ensuite comme 7 électrons libres qui ne tiennent compte que très rarement des 16 autres conseillers municipaux, majoritaires ou non. S’il était besoin de s’en convaincre, il suffirait de regarder l’absence de compte rendu de commissions, de travaux collectifs… C’est d’ailleurs ainsi qu’une  adjointe, assez naïvement, sans doute, lors de ce fameux conseil, a rendu compte des difficultés entre notre Maire et son 1er adjoint. Elle ne faisait  que valider notre dénonciation d’un système qui arrivait donc à son paroxysme. Dire sa surprise d’un restaurant scolaire, en cours de construction, qu’il ne ferait que 257 places au lieu de 400, selon elle, annoncées ; dire sa réprobation d’un parking qui ne serait réalisé que pour l’ILEP alors qu’il serait payé par la Commune ; reprocher au 1er adjoint ses commandes de plans cachées au Maire ; c’est peut-être exprimer la vérité mais c’est aussi proclamer les dysfonctionnements d’un exécutif dont elle est un membre éminent. C’est l’autre révélation de ce 19 février. Ils sont à bout de souffle, à bout d’inspiration, à force d’avoir fonctionné en circuit fermé, en électrons libres, le système implose. Il serait trop facile de rechercher un ou une responsable, en particulier. Les responsabilités sont partagées au moins par tous ceux qui constituent l’exécutif municipal.  Ils l’ont installé ce système, ils l’ont servi et ils s’en sont servis. Puis par ceux qui l’ont soutenu sans faille depuis toutes ces années levant le bras en votant « POUR », souvent sans connaître le contenu de la proposition, conspuant ceux qui posaient des questions… L’heure du bilan arrive et il va être trop tard pour questionner, il n’est pas trop tard pour s’interroger.

Nous avions pensé et  nous proposons une autre méthode de travail et de fonctionnement. Elle repose tout simplement sur l’échange entre les acteurs municipaux. Un bureau municipal, Maire et adjoints, qui se réunit suffisamment fréquemment pour coordonner l’action municipale. En un temps, que les moins de 25 ans  ne peuvent pas connaître, et que notre Maire actuelle a critiqué, le bureau municipal avait rendez-vous tous les

jeudis à 18h et tous les Conseillers qui le souhaitaient pouvaient être présents et participer. Un Conseil municipal qui délibère sur des dossiers clairement présentés, des demandes clairement exprimées, Des Commissions (ouvertes, pourquoi pas ?) qui préparent les travaux du Conseil. Les Compte rendus de leurs travaux publiés et accessibles…. Le tout en associant la population quand c’est utile et nécessaire. C’est tellement simple que ce ne devrait pas paraître utopique… Un organe délibérant qui délibère et un exécutif qui exécute, c’est une institution qui fonctionne.

Et si l’on passait du crépuscule de ce système à l’aube d’une démarche ouverte à tous ceux qui veulent y participer… Chiche, à vous de choisir entre ces deux branches défaites de ce même système qui ont montré leur incapacité, et nous qui voulons autre chose….

Gérard CHATN

Conseiller municipal minoritaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous n'êtes pas un robot... répondez: