Aller au contenu

sécurité

Dans l’Observateur de Beauvais (22/03/19): deux articles ont retenu notre attention…

Pour tenir compte des éditeurs de presse, désormais, nous ne publierons les articles complets (sauf urgence absolue) qu’après le retrait de la vente du journal concerné. Soit à partir du lendemain, pour un quotidien, une semaine après pour un hebdomadaire. Cette disposition est prise en vue de ne pas freiner la vente de la presse qui a bien besoin d’être soutenue par un lectorat suivi et des maisons de la presse qui sont des commerçants importants de nos villages.

Au moment de la parution, nous annonçons de façon résumée l’article qui a attiré notre attention.

Merci de votre compréhension

Ils ne pouvaient pas prévoir…. (extrait du Conseil du 13 septembre 2018):

Le 3ème point à l’ordre du jour du Conseil du 13 septembre portait sur une décision modificative du budget pour pouvoir refaire les rue du Blanc mont après les travaux en cours, la photo ci-contre prise en mars dernier montre bien que cela était prévisible et que cela aurait pu être pris en compte dès le budget initial:

3) Budget principal 2018 – Décision modificative N°2 :

Madame le Maire explique que suite à la réalisation du réseau, qui n’était pas prévue, il sera nécessaire de refaire l’ensemble de l’enrobé de la voierie. Il est donc nécessaire de ré abonder de 90 000€ le chapitre 20 du budget l’opération sera compensé par une inscription au compte 16 – emprunt explique Christelle MARIN, adjointe aux finances.

Madame le Maire tente d’expliquer qu’elle a été très diligente face aux difficultés du chantier et aux contraintes subies par les riverains !….

Amélie LIARD-VAGNER pose la question de savoir quand les travaux sur le quartier.

Madame le Maire lui répond qu’elle manque d’éléments précis mais qu’ils devraient être terminés dans les derniers mois de cette année ou tout début 2019.

La décision modificative est adoptée à l’unanimité.

Thierry REMOND tient à déclarer que Madame le Maire a pris « une très bonne » décision en décidant d’aller une réfection globale de la chaussée.

Anne-Marie KRAUZE exprime combien les travaux ont été pénibles à supporter pour les riverains et que cela fait 1 an et demi que cela dure.

Georges BERSON signale qu’il sera refait un refait un gravillonnage avant la réfection globale cependant que Madame le Maire tente de conclure en précisant que l’on ne pouvait pas laisser les choses comme cela, qu’il y a eu des surprises avec de l’amiante et donc sur la durée des travaux, elle termine en indiquant qu’il faudrait que les riverains réduisent leur vitesse pour éviter les projections de cailloux….

Arrivée de Claude GARDETTE à 20h50.

 Commentaire : Alors qu’il y a un vote unanime sur la décision, il est curieux que l’on ressente le besoin de la justifier à ce point. Il est que pour en arriver là nombre de riverains ont interpelé les représentants de la Municipalité en recevant des réponses tout à fait inadaptées du type « C’est pas nous, c’est l’intercommunalité ou le syndicat des eaux…. », « On n’y peut rien », « il faut bien que cela se fasse »…. Alors que des riverains ont subies des dégradations de leurs carrosseries, de leurs pneus, de leurs clôtures ou pelouses…. Ce n’est qu’après des courriers adressés à Monsieur le Président de la Thelloise, à Madame la Présidente du Syndicat des Eaux avec copie à Madame le Maire  par Gérard CHATIN au nom des riverains que des mesures ont été prises : panneau de limitation à 30km/h en entrée de rue, consigne à l’entreprise de revoir leurs méthodes, réunion et rencontre par la Municipalité avec les riverains….

Il est tout de même anormal d’avoir à en arriver là. Ce n’est parce que les travaux sont faits dans un cadre intercommunal que nos responsables communaux perdent toute leur responsabilité.

Pas d’explication…..

Lors du Conseil du 28 juin, Madame le Maire demande l’adoption du procès-verbal.

Le procès-verbal est adopté à l’unanimité moins un vote contre, celui de Gérard CHATIN

Commentaire : Ce compte rendu est considéré comme non conforme par Gérard CHATIN qui a adressé deux compléments qui, bien entendu, n’ont pas été pris en compte :

Copie du message adressé par Gérard CHATIN le 25 juin 2018, pour modification du compte rendu :

Pour transmission à Madame le Maire,

 

Dans le cadre du dernier Conseil municipal du 10 avril, au moment de la présentation du budget, j’ai fait remarquer qu’il n’y avait pas d’affectation budgétaire 657362- CCAS, il m’a été répondu qu’il s’agissait d’un « oubli » et que la somme figurait à la ligne du dessous. Ma remarque ne figure pas dans les débats du Conseil. Comment cet « oubli » a-t-il été rétabli ?

 

Dans le cadre des questions diverses, j’ai engagé une intervention que j’avais rédigée pour bien peser mon propos. J’ai été interrompu et conspué à un point que celui-ci a été couvert et non entendu. Dans le compte-rendu qui nous est proposé, les mots qui me sont attribués sont complètement déformés et ne correspondent nullement à l’état d’esprit de l’idée que je souhaitais présenter. Merci de bien vouloir trouver joint le texte de mon intervention dont je souhaite l’intégration au Compte rendu :

« La question de la sécurité a fait l’objet d’attribution de moyens importants dans notre Commune. L’ouverture récente de Voisins vigilants en est une autre approche.

L’insécurité dans une Commune c’est d’abord les tracasseries de voisinage, de proximité.

Celles-ci s’expriment, selon un certain nombre de nos concitoyens,  dans différents de nos quartiers par la présence de rassemblements de jeunes, notamment, avec leur conséquences : dégradations, papiers, canettes, bouteilles au sol ou ailleurs, bruits….

Cela pose deux questions :

  • Quelles actions en direction des jeunes dans notre Commune ?
  • Comment faire face à ces situations et retrouver le sens du vivre ensemble ?

Je propose que dans le cadre municipal mais de façon ouverte nous réfléchissions aux moyens d’y répondre. L’objectif est d’éviter la détérioration du climat de vie entre nos concitoyens. C’est un premier pas vers la sécurité »

Vous remerciant par avance,

Bien cordialement

Cela se passe de commentaire. Toutefois, on appréciera, la non explication concernant le budget du CCAS et l’interprétation d’une intervention complètement modifiée, sur le fond, d’une expression d’un élu.

 

Une réaction de Philippe MARCOTTE:

Au courrier de Madame le Maire et du 1er adjoint:

Je réagis fortement aux propos de Mme Vanbersel et de son premier adjoint cosignataire de la lettre adressée à Gérard Chatin élu de la république,du fait de sa présence dans le restaurant scolaire.

Le seul à s intéresser à la vie locale il se fait bafouer . Mme le Maire et son adjoint mettent en avant l état d urgence en application. Si c était le cas pour Sainte-Geneviève des mesures auraient dû être prises à savoir l accès au parking de la salle multifonctions l accès aux écoles , le stationnement des véhicules , rien n est fait afin de garantir la sécurité des enfants et des enseignants. Avant de faire des leçons de morale aux autres ces deux élus responsables devraient appliquer des mesures appropriées à l état d urgence il en va de leur responsabilité.

Gérard Chatin conseiller municipal a pu entrer dans les locaux sans effraction sans que personne ne lui interdise, cela prouve bien que rien n est mis en place malgré l état d urgence.

Honte à ces deux élus signataires qui font preuve d un abus d autorité excessif et n exercent pas leur responsabilité.Ils ont beaucoup à apprendre en la matière.

Philippe MARCOTTE

Conseil municipal ce lundi 29 mai 2017:

L’ordre du jour en téléchargeable PDF

Les comptes administratifs et de gestion 2016, des décisions modificatives des budgets 2017, convention avec la commune de Novillers sur la scolarisation de ses enfants, subventions 2017 aux associations, délégation de la maîtrise d’ouvrage pour le tourner à gauche sur RD1001,……..

Un article paru dans l’Observateur de Beauvais de ce jour: à quand un RoboCop génovéfain?

Les maires de l’ex Canton de Noailles réunis, Madame le Maire de Sainte-Geneviève pense que sa vidéo surveillance rendra obsolète la vigilance des citoyens. Elle n’a sûrement pas lu les nombreuses études sur le sujet qui font apparaître que la vidéo surveillance sans plus de police et/ou de présence citoyenne est peu efficace même si elle peut avoir un fort effet dissuasif.

160930-ob-maires270

L’article en téléchargeable PDF