Aller au contenu

projets

Que se construit-il au 70 route nationale: sûrement pas une maison de santé…

Un document avec plans et croquis a été présenté, il y a quelques années à certains membres du Conseil municipal. Il ne l’a jamais été à l’ensemble du Conseil.

Nous le publions ici, avec des commentaires par vue. A vous d’apprécier.

Ce dessin montre la façade visible de la Nationale (en haut), sur laquelle donneront les cabinets médicaux, et celle visible de la Rue Lejeune (en bas). Un immeuble d’un rez-de-chaussée et un étage. Continuons la visite….

Continuer la lecture

Dans l’Observateur de Beauvais (5/04/19): un article sur le Conseil municipal de Noailles

Un Conseil municipal dans le calme, malgré une configuration proche de celle de Sainte-Geneviève, où le Maire respecte toutes les élus y compris opposants. Un public à qui on distribue les documents comme aux élus… Des projets examinés à 10 ou 15 ans de prospective… On croit rêver mais ce n’est qu’à 4km…

SALLE SOCIO CULTURELLE – DOSSIER PREVOTE (article paru dans notre bulletin d’octobre 2018):

Comme nous l’avions indiqué précédemment, la critique ne peut être positive que si des contre-propositions apportent une éventuelle solution.
Dans le cas de l’investissement «PREVOTE » par la commune de Ste Geneviève, il y a maintenant dix ans, seule la modernisation des ateliers municipaux, devenue plus que nécessaire a montré son utilité.
Pour le reste, nous l’avons déjà décrit comme un gouffre financier qui a mis clairement en évidence qu’on ne mène pas un projet neuf avec des bâtiments vieux dont le coût de rénovation est devenu incontrôlable au fil du temps.
Alors que faire ? probablement sauver le bébé sans jeter l’eau du bain.
En premier, maintenir les ateliers municipaux là où ils sont désormais.
En second, déplacer le lieu de la salle socio-culturelle vers un endroit plus accessible pour tous les génovéfains en y construisant un bâtiment fonctionnel, parfaitement adapté aux besoins, répondant aux normes en vigueur sans surcoûts prévisibles.
Que faire alors de « l’investissement PREVOTE » ?:
Un exemple: Le transformer en lotissements (6000 m2 disponibles) de dix parcelles de 500 m2 avec distribution centrale, accessibles à la propriété, produisant le remboursement partiel du projet : gain prévisible : environ un million d’euros réinvestis dans le nouveau projet.
Quant à la bâtisse de 300 m2, objet de tant de dépenses pour une mise aux normes hypothétique, la transformer en garages et lieux de stockage.
Reste le terrain communal à définir pour le nouveau projet largement refinancé par les ventes en y additionnant des subventions plus faciles à obtenir sur un tel projet: plusieurs endroits possibles peuvent être choisis.
Ainsi, les budgets à réinvestir sont moins élevés, mieux contrôlables et conduisent à gommer un retard d’équipement devenu inacceptable.
En conclusion, nous n’avons pas la prétention de détenir la vérité, seulement de proposer une solution plausible parmi d’autres possibles car le temps presse et, moins qu’un retour en arrière, c’est une remise en cause raisonnable qui mène à une sortie honorable d’un projet mal engagé à l’origine.
C’est donc à nos élus d’en prendre note et de choisir…

 

Henri RODE

Au revoir et regrets… (article paru dans notre bulletin d’octobre 2018):

Après 31 ans de vie à Sainte-Geneviève dont 19 en qualité d’élu, mon épouse et moi même prenons la route vers un nouvel avenir afin de nous épanouir à la retraite.
En me lisant vous direz peut être si il s’en va, pourquoi il intervient dans ce bulletin.
J’interviens pour vous donner ma vision des choses et apporter des idées pour l’avenir de Sainte-Geneviève même si j’y vis plus, à ce jour on peut tous constater :
– Un village qui n’est plus propre, le désherbage fait complètement défaut, le balayage de nos trottoirs est inexistant, du mobilier urbain obsolète et surtout insuffisant (manque de bancs, de poubelles, de sacs à déjection canine…)

                                                                                           Une salle super polyvalente qui sert de cantine, de salle de                                                                                                    réunions, d’animations, de ceci, de cela, c’est limite honteux…

 

– Un Village qui construit n’importe où et sans penser à ses infrastructures : manque de bâtiment pour les écoles (classes surchargées), cour de récréation trop petite, salle des fêtes inadaptée, bibliothèque mal implantée, trottoirs défaillants (surtout sur la rue du Placeau), voierie en mauvais état ( formation de nids de poule en abondance),……
– Entrées et sorties du village par la D 1001 pas accueillantes, vous pouvez voir que les trottoirs ne sont pas réalisés complètement, que les arbres sont entourés par des buses de puisards, le fleurissement est remplacé par la pousse d’orties de ronces de mauvaises herbes, etc…
– Une police municipale qui n’a plus de directive donc qu’on ne voit plus ou pratiquement plus, occupée certainement par des tâches administratives autres que la sécurité de notre village. La mise en place des Voisins Vigilants, de plus à la traîne, ne remplacent pas ces derniers. La vidéo-protection qui a été évoquée depuis des années et toujours pas en place ne doit pas         remplacer l’être humain.
La sécurité de tous est une priorité surtout de notre temps, où des drames se produisent aussi bien dans les grandes comme dans les petites communes. L’actualité est là pour en parler.
– Un plan de circulation doit voir le jour, revoir les intersections où des « stop » ont pris place sans que la visibilité soit au maximum. Le stationnement sur les trottoirs doit disparaître.

A l’emplacement de cette maison récemment
détruite, on est très loin du projet de maison
 médicale annoncé depuis plus de 20 ans.
– Une maison médicale se fait attendre avec plus de services médicaux (encore une promesse qui recule au fil des jours)
– Un urbanisme en désarroi, aucun contrôle sur les permis délivrés, aucun affichage, des constructions réalisées sans autorisation, ni permis de construire.
Le village est victime d’une équipe municipale et surtout de ses dirigeants, Maire et Adjoints, qui manquent d’une ambition et de perspectives d’avenir. Ce qui est réalisé se fait au coup par coup, ces réalisations coûtent chères car elles n’ont pas été réfléchies, les subventions sont obsolètes car le montage des dossiers se fait dans la précipitation.
Pourtant, Sainte-Geneviève possède

beaucoup d’attraits mais il faut du changement, un grand changement, c’est vous qui devez en décider. Le retard s’est accumulé depuis près de cinq ans.
A tous ceux que j’ai côtoyés durant mes 31 années, à tous mes amis (les vrais, ils se reconnaitront) qui restent ici , je vous souhaite bonne vie et bon courage pour les prochaines années.

Philippe MARCOTTE

Ce texte nous a été adressé quelques jours avant son départ de la Commune par son auteur afin d’être publié. Nous souhaitons à Philippe et à son épouse que leur nouvelle vie se passe bien là où ils ont décidé de s’installer.

Une salle qui se sera faite attendre mais ne répondra pas aux attentes (extrait des Echos du Conseil du 13 septembre):

4) Aménagement de la salle socioculturelle – Demande de subvention au titre de la rénovation énergétique des bâtiments (SE60):

Madame le Maire informe le Conseil qu’une subvention de 40 à 45% pourrait être obtenue sur une base de 266 000€ et demande le vote pour faire la demande.

Le vote est acquis à l’unanimité.

Pierre HAUTOT tient à préciser que cette possibilité de subvention est ouverte par une loi d’avril dernier et qu’elle est accessible également pour les particuliers.

Gérard CHATIN interroge alors de savoir sur quelle base est accessible ce type de subvention en précisant que l’information que vient de donner Pierre HAUTOT peut être intéressante.

Il lui est juste répondu que le bâtiment est rénové de façon à être économe en énergie….

 

Commentaire : L’information des élus comme de la population reste un enjeu dans notre belle commune.

Plus de 10ans que nous avons acheté ces locaux qui ne feront vraisemblablement pas une salle socioculturelle digne de ce nom et pour un coût exorbitant pour 240m2. Noailles: 1 200 000€ pour 1000m2 en 3 salles et un parking adapté ; Sainte-Geneviève: près de 2 000 000€ pour 240m2. Cherchez l’erreur et les fautifs...

La plus grande salle de l’Espace Parisis Fontaine à Noailles: près de 500m2, scène, bar, cuisine, parking…

Nos Echos du Conseil du 13 septembre 2018: Enfin ils lisent ce que l’on leur écrit, ce qui ne veut pas dire qu’ils vont prendre en compte….

Les échos du Conseil municipal du  13/09/2018, 20h30:

produit par le Génovéfain Net

 

6 personnes dans le public dont deux représentants de la presse, l’un de l’Observateur de Beauvais, l’autre du Parisien libéré.

 

Le quorum est atteint à 20h30.

Nos Echos en téléchargeable PDF

Madame le Maire propose à Amélie LIARD-VAGNER d’être secrétaire de séance, celle-ci accepte.

 

Etaient présents: Jacqueline VANBERSEL, Georges BERSON, Dominique LABARRE, Bériza ZIEGLER, Christèle MARIN, Pascal BREBANT, Pierre HAUTOT, Éric MAURIERAS, Anne-Marie KRAUZE, Céline TESSON et Claude GARDETTE (arrivé à 20h50) pour la liste « Une équipe forte pour agir ensemble » (EFAE);

Gérard CHATIN, Continuer la lecture

Adaptation du PLU, les surprises sont déjà là, mais l’enquête continue….

Alors que l’enquête publique d’adaptation du PLU pour l’implantation du siège de l’ILEP départemental se poursuit, les (mauvaises) surprises surviennent. Alors que la voie initiale d’accès n’était prévue que pour un véhicule/jour, on se retrouve désormais avec circulation d’au mois 20 véhicules/jours et surement beaucoup plus alors que la voie est très peu large. La question avait été posée par deux élus, Gérard CHATIN en consultant les documents en Janvier, Thierry REMOND en séance de Conseil en février, Daniel VEREECKE avait affirmé que la voie était suffisamment large pour que deux véhicules se croisent.

Comme d’habitude, avec cette majorité ont fait dans l’étroit et on voit mal comment ce sera possible. La prochaine venue du Commissaire enquêteur est ce samedi de 10 à 12h, vous y êtes invités, venez constater pendant qu’il en est encore temps. La suivante sera le lundi 23 juillet de 16 à 18h.

Explication de ce plan: en haut, les locaux de l’ILEP avec son parking de plus de vingt places. Ce bâtiment comprendra des bureaux pour le personnel administratif de l’ILEP, des salles de sport, une crèche pour 20 places, une salle de stockage des matériels de l’organisation. Initialement, l’ILEP avait demandé que sa construction soit proche du chemin à gauche sur le plan.

En dessous de ce siège de l’ILEP, le restaurant scolaire.

Sur la droite du plan: une voie d’accès (5 à 6 m de large) qui, initialement, ne devait servir qu’au restaurant scolaire et dont la largeur n’a pas été revue avec le projet ILEP.

Analyse du compte administratif 2017: 76% des crédits d’investissement annulés!

Etude produite par le

Groupe de Réflexion Génovéfain

Analyse de la Réalisation du budget 2017 :

Etablie à partir du Compte administratif présenté au Conseil municipal le 28 Juin 2018

Budget général

 

 Budget de Fonctionnement

Tout d’abord, l’on constate, comme en 2015, qu’alors que les recettes sont réalisées globalement à plus de 101% de leurs prévisions, malgré une légère annulation des crédits en recettes de 1,78%, les dépenses, elles ne sont réalisées qu’à 77,56% (en progrès sur 2016). Toutefois, cette année encore, il faut nuancer cet aperçu. En effet, les dépenses réelles de fonctionnement et de gestion courante sont réalisées à plus de 94%. Le transfert à la section d’investissement de 527 000€, soit encore une  près de 21% des crédits ouverts, n’est pas réalisé.

Comme nous l’avons déjà dénoncé et cela a toujours été approché par les analyses de notre groupe, ce sont principalement  et toujours les investissements qui font défaut dans notre Commune. Des crédits sont mobilisés mais restent inutilisés.

Avec un excédent global de plus de 354 577,21€, soit plus de 16% des crédits consommés, nous avons un excédent de fonctionnement en forte baisse mais qui aurait permis d’engager des opérations nécessaires aux besoins de la population. L’augmentation de fiscalité locale représente 30 295€ à la charge des habitants.  Les crédits annulés représentent plus de 4 fois cette somme. L’excédent en représente plus de 11 fois l’évolution des recettes fiscales.

Globalement, cette réalisation fait ressortir une situation saine de la Commune, en même temps qu’une sous-utilisation de ses moyens, une sous réalisation des investissements..

Les Communes n’ont pas à présenter d’excédent trop important. En ces temps où l’Etat quel que soit le Gouvernement en place entrevoit dans la baisse des dotations des sources d’économie, ce type de situation peut lui fournir arguments.

 

Budget d’investissement

 

Encore une fois, on constate un faible niveau de réalisation à à peine plus de 23% en dépenses d’équipements pour 26% en 2016. On constate, en effet, comme l’an passé que plus de 1 764 000€ soit plus de 77% du budget d’investissement fait

l’objet d’annulation de crédits.

Les opérations financières font l’objet, elles, d’un bon niveau de réalisation avec plus de 99%.

Encore une fois, des questions peuvent se poser sur la sincérité de la structure du budget 2017 quand on voit un tel niveau bas de réalisation.

L’on peut voir dans les recettes d’investissement, que le transfert de 527 000€  d’affectation du budget de fonctionnement n’a pas été réalisé et ce en raison du faible niveau de réalisation par rapport aux prévisions, comme en 2016.

Ce budget est organisé en programmes dans lesquels sont attribués les crédits, reportés si des opérations sont en restes à réaliser, annulés pour la part non consommée si le programme est terminé où remis en cause.

C’est ainsi qu’un programme N°2011002- Aménagement d’un espace socio culturel, qui correspond à la réalisation envisagée de l’usine PREVOTE, qui disposait de 100 000€ dans ce budget 2017 ne réalise aucune opération de dépenses et annule la totalité des 100 000€ affectés, on n’est pas prêt de voir une réalisation. Faut-il rappeler que ce bâtiment acheté en 2008 attend toujours de connaître son devenir. Qu’encore un autre programme N°2011005 Aménagement d’une bibliothèque disposait d’un crédit de 44 300€, en dépense 2 583€ soit un peu plus de 5,8%,  et un peu plus de 41 716€ en annulation de crédits soit près de 93% des crédits initiaux.

Où est la volonté ? Où est le sens ?

Quelle mauvaise utilisation de nos finances….

Programmer c’est bien. Réaliser c’est mieux.

L’analyse en téléchargeable PDF

 

Un article sur Noailles et l’implantation d’un Centre Leclerc dans Oise Hebdo (30/05/18):

L’article complet en téléchargeable PDF

Nous ne publions sur ce site, en général, que  des articles concernant Sainte-Geneviève, mais les éclairages qu’apporte Benoît BIBERON, Maire de Noailles, sur la question de l’implantation d’un Centre Leclerc dans sa commune concernent les populations bien au-delà de celle-ci.

Nos échos du Conseil du 10 avril 2018

5 personnes dans le public pas de représentant de la presse.

Le quorum est atteint à 20h35.

Nos Echos du Conseil en téléchargeable PDF

Avant que la séance commence, Madame le Maire trie ses pouvoirs et échange avec Daniel VEREECKE à qui elle propose de donner le pouvoir d’Eric MAURIERAS à Thierry REMOND, ils semblent d’accord. Elle appelle Thierry REMOND qui accepte avec un sourire radieux.

Commentaire : A quoi rime ce besoin de donner un pouvoir d’un Conseiller de la majorité à un élu de l’opposition (si tant est que ce dernier en soit encore) sans qu’il soit utile de donner ce pouvoir puisque les majoritaires le sont dans l’assemblée présente.

 Madame le Maire propose à Amélie LIARD d’être secrétaire de séance, celle-ci est d’abord surprise, voire gênée. Alors qu’elle finit par accepter, elle reçoit comme argument de Beriza ZIEGLER qu’il ne s’agit que de valider le compte rendu.

 

Etaient présents: Jacqueline VANBERSEL, Georges BERSON, Jacky BEAUDOIR, Dominique LABARRE, Beriza ZIEGLER, Christèle MARIN, Pierre HAUTOT, Pascal BREBANT, Éric MAURIERAS (arrivé à 21h45 env.), Josiane CHAROPPIN pour la liste « Une équipe forte pour agir ensemble » (EFAE);

Gérard CHATIN et Patricia BARBIER, Thierry RE Continuer la lecture

Etat de siège Rue du Canton de Beaupréau:

Ce matin, la Rue du Canton de Beaupréau bouclée entre l’église et la Rue des James: pas d’information des riverains inquiets, peu de signalisations avancées et de déviations,….

Le chantier de construction du restaurant scolaire s’engage alors que l’on vient de détruire le bâtiment DELAHERE sans qu’ait été affiché le permis autorisant cette destruction et qu’il n’y a pas plus de permis de construire affiché pour la construction….

   

Le règne du « faites ce que je dis pas ce que je fais » continue et devient la règle de cet exécutif….

 

 

Edito de « Entre deux lignes » en cours de diffusion….

Reprendre le sens de l’intérêt général….

 

Cette majorité municipale avec ses 23 années d’ancienneté est tombée dans la perversité de fonctionner à l’exception. Ceux qui ne  sont pas d’accord avec sa pensée unique sont conspués, mis de côté, vilipendés, tenus pour quantités négligeables et autres traitements indignes. Quand on voit la façon dont sont considérés les différents démissionnaires qui ont accompagné, parfois longuement, notre exécutif municipal on évalue toute la considération des membres de cette équipe pour ses collègues, qui plus est minoritaires, ou ceux qui les ont précédé. Madame le Maire déclare que la démission de l’une de ses anciennes adjointes « est un non évènement, ça m’est égal… » (Oise Hebdo 24.11.17), la même considération dédaigneuse avait été exprimée quand un autre élu membre de sa majorité actuelle avait démissionné en septembre 2015. On pourrait en citer d’autres. Donc il faut être là et pratiquement aux ordres, s’accommoder d’un système où l’écoute et la concertation sont inexistantes, où la plupart des projets sont amenés en Conseil de façon à le transformer en chambre d’enregistrement.

 

C’est la conception de cette majorité pas seulement de son exécutif.

Ce système d’exception détruit notre bien-être, notre vie locale. S’il apporte quelques avantages à certains il ne saurait être une solution collective tant on voit les dégâts qu’il produit.

Cette pratique ne sert pas l’intérêt général. Les résultats désastreux de la gestion que nous connaissons par cette majorité le démontrent: perte de vie sociale, clanisme, information réduite au minimum, manque de projets, conceptions restreintes au minimum,… non reconnaissance des groupes constitués, ….

Dès maintenant et dans la perspective des échéances à venir (ré-)apprenons à retrouver cette notion de l’intérêt général qui consiste à regarder plus loin que le petit intérêt particulier et immédiat. Apprenons à penser global et à agir local, pour le bien commun.

La majorité municipale actuellement en place, depuis 1995, dans sa démarche d’irrespect de ce qui n’émane pas de son exécutif en a perdu le sens.

 

 

Gérard CHATIN

Conseiller municipal minoritaire

 

Le bulletin complet en téléchargeable PDF

 

Nos Echos du Conseil du 27 février: un Conseil administratif mais…

3 personnes dans le public pas de représentant de la presse.

Le quorum est atteint avec quelques difficultés, arrivées tardives, à 20h35 bien sonnée.

18Nos Echos en téléchargeable PDF

Beriza ZIEGLER est désignée secrétaire de séance.

Etaient présents: Jacqueline VANBERSEL, Georges BERSON, Jacky BEAUDOIR, Dominique LABARRE, Beriza ZIEGLER, Christèle MARIN, Pierre HAUTOT, Anne-Marie KRAUZE, Céline TESSON, Pascal BREBANT pour la liste « Une équipe forte pour agir ensemble » (EFAE);

Gérard CHATIN et Patricia BARBIER pour la liste « Un nouvel Avenir pour Sainte-Geneviève »(NASG) ;

Martial ROZE Continuer la lecture

Faut-il laisser faire?

Alors que l’expérience d’une classe modulaire posée il y a deux ans et demi est une catastrophe (fuite d’eau, bruit, chaleur, on en passe et des pires…), il nous a été annoncé lors du dernier Conseil municipal, le 20 janvier, que si l’ouverture d’une classe était annoncée on construirait dans la cour de l’école PAUCHET. Si cette ouverture était pour septembre prochain, nous aurions un modulaire en attendant une construction en dur.

Cette cour est insuffisamment grande pour y installer une classe. Par ailleurs, alors que la Commune vient de modifier son PLU pour protéger les « belles façades », elle ne s’appliquerait pas cette règle à ses bâtiments?!…

Gérard CHATIN a écrit, le 31 janvier, à Daniel VEREECKE, 1er adjoint en charge des affaires scolaires et Maire par intérim, pour faire part de sa différence sur ce projet et proposer d’autres orientations.

Un débat est souhaité sur ce sujet, parents, citoyens, ne laissons pas faire. Il semblerait que la prochaine ouverture de classe ne soit pas pour septembre, au vu des informations parues dans la presse, profitons donc de ce répit pour avoir un vrai débat sur ce qu’il faut faire en matière de bâtiments scolaires. Actuellement c’est la construction d’au moins trois à quatre classes qui est nécessaire….

La lettre de Gérard CHATIN à Daniel VEREECKE

Nos échos du Conseil du 23 Janvier 2018 à lire intégralement

 

 

Maîtrise….

Cette majorité nous dit souvent qu’elle maîtrise…. que ce soit les risques ou les projets….

Une photo prise sur notre zone d’activités il y a une dizaine de jours et postée sur le site du Parisien libéré Oise montre combien les risques sont maîtrisés. Il a fallu l’intervention des pompiers, d’ailleurs présents sur la photo, pour résoudre. Cela se passe près des locaux qui ont subi un incendie, l’an passé. Petit rappel: l’article paru dans le Courrier picard du 26 mai 2017.

Pour ce qui des projets, la maîtrise n’est pas meilleure. Alors que cette majorité annonce une maison de santé à longueur de voeux depuis près de 20 ans comme l’a encore rappelé le 1er adjoint, Maire par intérim, lors des Voeux 2018, le 26 janvier, voici que paraît l’appel d’offres de l’OPAC pour la construction qui sera élaborée sur le terrain SAUREL de 32 logements en deux tranches, l’une de 14 dans les mois qui viennent et livrés fin 2019, l’autre plus tard dont le délai n’a pas été donné. Au fait, contrairement à ce qui a été dit le 26 janvier,il ne s’agit pas d’une Maison de santé, et à ce que trop de gens croient encore, mais de création de cabinets médicaux dans lesquels seront installés nos médecins actuels: infirmières dans la commune depuis plus de 30 ans, Docteur Patrice VAGNER (généraliste) pratiquant dans la commune depuis une décennie, Docteur MASCARENHAS (chirurgien dentiste) installé dans la commune depuis 25 ans, deux de ces cabinets n’ayant pas d’occupant prévu actuellement…. à savoir si l’un de ces cabinets n’est pas ou plus occupé pendant 6 mois, il sera réaffecté en logement par l’OPAC… où est la Maison médicale?…

L’ensemble des lots de l’appel d’offres en téléchargeable PDF

Où est donc la maîtrise dans un projet annoncé depuis 15 à 20 ans et qui n’a plus rien à voir avec ce qui était prévu et n’apportera aucun service supplémentaire à la population puisqu’il ne consiste qu’à déplacer nos médecins actuels dans un même lieu?

Où est la maîtrise des risques annoncée par nos élus dès qu’ils sont interrogés? Inquiétant !…

 

Un commentaire de Philippe MARCOTTE suite aux voeux….

Je suis consterné par les propos de M. Verrecke 1er Adjoint chargé des affaires scolaires qui déclare dans l’observateur de ce jour qu il ne veut plus entendre parler de construction modulaire pour les écoles. Il a fait dépensé à la commune et aux contribuables plus de 250 000 euros pour cette réalisation qui visiblement pose problème aujourd’hui.Cela prouve que la majorité ne réfléchit pas et surtout n’envisage rien pour l’avenir. Il propose une construction en dur si une nouvelle classe s’ouvrait à la rentrée. Très fort, la rentrée c’est pratiquement demain et rien de construit. Je rejoindrai la remarque de Thierry Rémond sur le terrain communal qui va être mis à disposition de l’Ilep alors que des besoins scolaires se font sentir chaque année. En plus avec l’arrivée de l’Ilep et ses différentes structures ( Crèche , bureaux, locaux de stockage, salle de formation…)sur le secteur des écoles l’environnement sera complètement engorgé avec des mouvements d’enfants, de personnes et de circulation à toute heure.
Le 1er Adjoint déclare maîtriser les nouvelles arrivées, en parallèle il est annoncé 14 logements route nationale avec le cabinet médical plus d’autres projets en attente et les mutations de pavillons.
J’espère qu’un jour un vrai projet soit réfléchi. Il en va de l’avenir de notre village de nos enfants de nos écoles et de notre fiscalité. On ne peut pas s’opposer à la construction de logements ni d’infrastructures pouvant venir améliorer le quotidien de chacun mais le conseil devrait réfléchir plus sereinement et arrêter le bricolage qui coûte plus cher et n’embellit pas notre village.

Philippe MARCOTTE