Aller au contenu

économie

Une présentation exemplaire et/mais une trésorerie qui se dégrade….. (extrait de Nos Echos du Conseil du 15/11/18):

3)Assurances – Renégociations des contrats – Attributions des marchés:

Madame le Maire donne la parole à Pierre HAUTOT qui a encadré la procédure d’attributions de marchés publics. Un marché avait été conclu pour 4 ans en 2014, il doit être reconsidéré pour la période 2019-2023. Une présentation de qualité nous est faite par projection d’un Power Point.

Il rappelle le montant du précédent marché qui s’élevait à 48 265,96€ et se décomposait en Dommages des Biens : 2126,84€ ; Responsabilité civile : 6 086,29€ ; Véhicules : 3 387,20€ ; Protection juridique : 630,30€ ; Protection des élus : 121,59€ ; Prestations statutaires : 35 913,04€. Pierre HAUTOT rappelle l’objectif de maintenir le niveau d’assurance, d’une part, et de réduire les coûts, d’autre part. Il rappelle les critères de choix des offres qui reposent sur une note fixée à 60% sur le montant de l’offre et à 40% sur la technicité de l’offrant.

Globalement, alors qu’il y avait 4 compagnies qui ont fait des offres c’est GROUPAMA qui est ressorti comme le mieux disant. Les cotisations annuelles d’assurance de la Commune seront ramenées à 30 359,79€ soit une économie de 17 906,17€. Le niveaux de service est maintenu et même amélioré sur certains points.

Pierre HAUTOT remercie différentes personnes qui l’ont accompagné dans la procédure, il est lui-même remercié et félicité par Christelle MARIN, adjointe aux finances.

Thierry REMOND interroge sur qui a fixé la répartition des critères de choix.

Jacqueline VANBERSEL l’informe qu’ils sont fixés par la loi.

Le choix de GROUPAMA est validé à l’unanimité du Conseil.

 

Commentaire : Il y en a un qui se permet de trouver inutiles des questions sur le compte d’emplois auquel il ne comprend sans doute pas grand-chose mais qui, bien que membre titulaire de la Commission d’appel d’offres, trouve sans doute normal de poser question sur les règles de répartition qu’il devrait  connaître depuis 4 ans qu’il siège dans cette commission…. Enfin qu’il y est inscrit… y siège-t-il réellement ?

Un réel satisfécit à Pierre HAUTOT pour cette présentation claire et sérieuse comme on en aimerait en voir plus souvent. Merci pour les économies.

4) Emprunt – Réalisation d’un emprunt:

Madame le Maire donne la parole à Christelle MARIN, adjointe aux finances. Celle-ci informe que le transfert de compétences a conduit à une baisse de la trésorerie municipale et qu’il est donc nécessaire d’emprunter pour pouvoir réaliser la construction du restaurant scolaire. Elle informe d’un montant de 800 000€.

Trois établissements ont été consultés : le Crédit agricole, la Caisse d’Epargne et la Banque Postale, c’est cette dernière qui est retenue pour emprunt sur 20ans et 7mois.

Le vote est acquis à l’unanimité.

Commentaire : La trésorerie de la Commune deviendrait plus tendue du fait des transferts des compétences…. ?

Le suivi de la délégation de marchés de Madame le Maire:

A la date du Conseil municipal du 13 Septembre 2018, l’arrêté des dépenses réalisées dans le cadre de sa délégation de marchés publics Madame le Maire a engagé 337 568,80€ depuis le début 2018.

Le détail avec les opérations menées et les fournisseurs utilisés, joint….

Le détail des dépenses réalisées en téléchargeable PDF

Un beau projet: l’évolution du Super U vers le drive….

Depuis quelques semaines, est affiché, sur la clôture du parking du magasin, le permis de construire du drive du SUPER U.

Plutôt une bonne nouvelle

pour le maintien de notre

commerce local.

 

Il est seulement dommage que ce très beau projet n’est pas été présenté aux élus, pas plus en Commission urbanisme qu’en Conseil municipal, et encore moins à la population…. Chacun peut demander à voir les plans en Mairie.

Un article sur Noailles et l’implantation d’un Centre Leclerc dans Oise Hebdo (30/05/18):

L’article complet en téléchargeable PDF

Nous ne publions sur ce site, en général, que  des articles concernant Sainte-Geneviève, mais les éclairages qu’apporte Benoît BIBERON, Maire de Noailles, sur la question de l’implantation d’un Centre Leclerc dans sa commune concernent les populations bien au-delà de celle-ci.

Commerce local, des inquiétudes ?!…. (article de la page 8 de notre bulletin de mars 2018)

Notre Commune a longtemps connu une situation dans laquelle le niveau d’emplois était très satisfaisant. C’est ainsi que jusqu’au milieu des années 90, nous comptions plus de 100 emplois, et même jusqu’à près de 120, pour 100 personnes actives. La baisse d’effectifs, la fermeture de nombre d’entreprises (voir tableau joint) a fortement détérioré notre situation cependant que notre population a augmenté. C’est d’ailleurs l’un des traits notables à prendre en compte dans notre sociologie. Il fut un temps où on venait dans notre Commune parce que l’on y avait trouvé un emploi souvent même de qualité, ce n’est que très rarement le cas aujourd’hui, avec toutes les questions de transport, de vie sociale, économiques et financières que cela pose. Certes la crise économique est passée par là. Désormais, il n’est pas question ici de ne mettre en cause que des responsabilités locales.
L’action économique est gérée désormais par l’intercommunalité. Nos représentants, Madame le Maire qui est aussi Vice-Présidente de l’intercommunalité, son 1er Adjoint pour la majorité et Thierry REMOND pour la liste un Nouvel Avenir ont donc à assurer l’expression des intérêts de notre Commune au sein de la Communauté du Pays de Thelle devenue Thelloise depuis 2017.
Il faut aujourd’hui penser local et agir global. Le projet d’une zone commerciale importante, avec un supermarché, sur Noailles, ne peut, de ce point de vue que soulever de fortes inquiétudes aux génovéfaines et génovéfains. Selon les spécialistes de ce domaine commercial, il faut 15 000 habitants pour faire un tel magasin. Nous sommes loin du compte avec environ 22 000 (sur l’ancien canton de Noailles zone de chalandise cohérente) et 2 magasins (Sainte-Geneviève et Hermes actuellement) plus un à venir, comment les faire vivre correctement tous ? Une autre question se pose, comment nos représentants à l’intercommunalité ont-ils réagi, comment ont-ils voté face à ce projet présenté ?

Les emplois disparus depuis une vingtaine d’années  (les éléments de ce tableau sont évalués mais ne prennent pas en compte les emplois induits):