Aller au contenu

Léonard de VINCI a 25 ans…

Le Collège Léonard de VINCI va engager sa 26ème rentrée et ses 25 ans d’existence. Cette inattendue réalisation du milieu des années 90, sous l’égide de Maurice OBJOIS, Maire de l’époque (1989-1995, après avoir été conseiller municipal depuis 1965 et adjoint de 1983 à 1989), faisait sa première rentrée avec l’année scolaire 1994-95.

Précédemment à la construction du Collège de Sainte-Geneviève, nos enfants allaient à celui de Noailles. Ce dernier étant saturé au début des années 90, plus de 800 élèves pour une prévision de 600, le Conseil général mit plusieurs Communes Sainte-Geneviève, Andeville et Bornel à l’épreuve, de trouver un terrain et ce fut Sainte-Geneviève qui fut choisie.

Il y eut une année scolaire, 1993-94, durant laquelle nos enfants durent aller au Collège à Chambly.

Continuer la lecture

Taxe Foncière, l’application de la TEOM fait monter la note…

Vu les premières réactions d’habitants sur le groupe Sainte-Geneviève à propos de l’augmentation de la Taxe Foncière, il parait utile d’informer que celle-ci est essentiellement causée, sauf cas particuliers (reclassement par exemple), à la mise en place de la TEOM par la Thelloise.

Le Genovéfain.net avait informé dès octobre dernier de la mise en place de cette taxe sur un montant moyen de 83€ pour Sainte-Geneviève. L’article d’octobre 2018:

Calculer sa Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM):

en appliquant le taux de 5,58% fixé par le Conseil Communautaire de la Thelloise à la valeur locative appelée base sur vos avis de Taxe foncière, en dessous de votre adresse dans le tableau. C’est ainsi qu’un bien immobilier ayant une base de 2 000€ devrait avoir comme TEOM 2 000 X 5,58%= 112€

Assainissement, vous avez jusqu’au 30 septembre…

Spécial Travaux 3-  Spécial assainissement3 –  Spécial Travaux 3-  Spécial assainissement3 (Tract distribué par le GRG fin juin – début juillet 2019 sur les rues concenées

Après la réunion du  20 juin qui a quelque peu tourné court et qui concernait les nouveaux « assainis », et par conséquent les habitants de la Route Nationale entre l’entrée sud et la zone industrielle (DRAKA FILECA), La Rue du Placeau entre la Nationale et la Rue du Blanc Mont, le Hameau de La Fusée, la Rue du 11 Novembre et le Chemin privé derrière la station Total, nous pensons qu’un complément d’informations  est indispensable.

Lors de cette réunion nous avons appris que le seuil de 80% de foyers nécessaires ayant remis  un devis de travaux sur leur domaine privé et leur acte d’engagement était très loin d’être atteint. Il ne serait que de l’ordre de 10%. Or, pour que l’Agence de l’Eau attribue des aides, il faut absolument que 80% des  riverains concernés aient adressé leur devis accompagné de leur lettre d’engagement.  La date limite de dépôt de ces dossiers est fixée au 30 septembre 2019, il est indispensable de la respecter pour que vous obteniez une aide personnelle.

Il faut donc que vous adressiez ces documents à VEOLIA Eau  -Service du Contrôle de l’Assainissement— 1 Rue du Thérain  60 000 Beauvais (il est prudent de conserver un double de votre envoi qui doit contenir au moins un devis de vos travaux, il est conseillé que ce soit le plus élevé, et votre acte d’engagement)

Si vous n’avez plus d’acte d’engagement (perdu ou pas reçu), celui-ci étant indispensable pour obtenir l’aide, nous vous invitons à en télécharger un (ou demander à un voisin internaute): 

sur www.legenovefain.net   Dossier assainissement  Télécharger la lettre d’engagement des nouveaux assainis. Il reste conseillé de contacter avant l’établissement de votre dossier les service de Véolia sur les questions techniques.

Par ailleurs, il a été dit, lors de cette réunion qu’il y avait des possibilités d’aides, suite à plusieurs de vos interrogations, pour vous accompagner financièrement dans vos travaux. Un contact pris avec l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH) a permis de préciser l’information, ces aides ne sont pas nécessairement sous conditions de revenus.

D’autres aides sont possibles, sous respect de conditions de ressources auprès du Département de l’Oise. Toutes les informations nécessaires ont été portées sur le site: www.legenovefain.net  Dossier assainissement

N’hésitez pas à prendre contact pour plus d’information.

Fallait-il sauver le soldat… (article extrait de notre bulletin de juin 2019)

Dans notre dernière édition, nous avions évoqué la situation particulière en indiquant quelques pistes vers lesquelles elle pouvait nous conduire. D’autres se sont mises en œuvre. Si Daniel VEREECKE a été reconduit dans ses fonctions d’adjoint par le vote du Conseil du 19 février. Il reste qu’il n’est plus 1er adjoint et est adjoint sans délégation. Madame le Maire, pour ne pas créer de nouveaux troubles internes à sa majorité, n’a pas désigné de nouveau (lle) 1er adjoint ou 1ère  adjointe. Le protocole et la loi ont répondu à cette situation puisqu’en l’absence de 1er adjoint, le 2ème est promu et fait office de.

Sur la question d’un éventuel recours sur le retrait de délégations de l’ex 1er adjoint, nous n’avons jamais su officiellement s’il en avait fait un et nous n’avons pas plus été renseigné sur son éventuel résultat vraisemblablement négatif.

Madame le Maire n’a jamais répondu clairement à la question de savoir qui reprenait la délégation spécifique des « affaires scolaires » mais il semblerait que cela ait été réglé?!…

Si les séances de Conseil municipal connaissent des moments plus houleux encore qu’auparavant, les cibles de ces moments sont désormais différentes. (Voir nos Echos du Conseil sur  www.legenovefain.net)

Cela n’a pas empêché que le budget 2019, malgré quelques bizarreries, ait été voté à l’unanimité moins une voix contre  (Gérard CHATIN), lors du Conseil du 3 avril dernier.

Si on a vu lors de ce même Conseil, l’ancien 1er adjoint demander pourquoi il n’était plus dans les Commissions, celui-ci s’est satisfait de la réponse du Maire « c’est comme ça, c’est moi qui décide » ce qui est faux, c’est au Conseil municipal de délibérer de la constitution des commissions. Il aurait été intéressant de poser la question au Conseil plutôt qu’au seul Maire.

La situation reste confuse et le sera sans doute jusqu’en mars 2020, date des prochaines élections municipales. La question posée en titre subsiste « fallait-il sauver….? »

A toute vapeur… (article extrait de notre bulletin de juin 2019)

Durant le week-end du 18-19 mai, le propriétaire de la station Total de Sainte-Geneviève a monté une station de lavage à vapeur sans permis de construire, sans demande d’autorisation.

Immédiatement, les riverains du chemin qui passe devant cette station et qui habitent à proximité ont alerté Madame le Maire qui, par l’intermédiaire de son adjoint à l’urbanisme, aurait demandé au propriétaire de régulariser sa situation. La dizaine de riverains, craignant la gêne, ont signé une pétition demandant que cette station ne soit pas mise en service et soit démontée. Ils l’ont envoyée au Conseil municipal à qui elle n’a pourtant pas été présentée lors de sa réunion du 6 juin. Il aura fallu qu’un Conseiller municipal, Gérard CHATIN, soutenu par quelques autres élus ensuite, interroge Madame le Maire sur l’utilisation de ses pouvoirs de police au regard de cette affaire pour que cela provoque des échanges houleux sur le sujet, alors qu’une simple réponse aurait suffi.

Dans les tout premiers jours qui ont suivi la construction, les propriétaires distribuaient un document aux maisons riveraines afin qu’ils soutiennent le maintien de cette construction. Aucun de ceux-ci n’entend donner suite à cette demande curieuse….

Faudrait pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages… (article extrait de notre bulletin de juin 2019)

Depuis près de trois ans, on entend parler d’un projet de crèche qui serait mis en place dans notre Commune par l’ILEP qui gère déjà en délégation de service public le service de restauration scolaire et périscolaire. Dès le 23 janvier 2018, le Conseil municipal avait délibéré pour « mettre à disposition » un terrain en prolongement de la construction du restaurant scolaire, alors en cours de construction. L’ILEP construirait son siège, des locaux d’activités et une crèche pour une vingtaine de places sur un terrain qui resterait propriété de la Commune. Depuis, maintes délibérations ont été prises par le Conseil pour faire avancer ce projet.

Le 25 avril 2019, le Conseil est invité en réunion de travail sur le sujet de la crèche. Deux représentants de l’ILEP présentent les différents aspects: le personnel, le nombre de place qui est passé à 26, une étude  des besoins intéressante portant sur 9 communes environnantes à la nôtre, ils concluent sur la participation financière des Communes  et demandent  une réponse pour fin mai – début juin sur le nombre de places qui seraient prises par notre Commune à raison de 7 800€ par an et par place. Du taux de remplissage dépend le financement de la Caisse d’Allocations familiales pour la construction.

Le 6 juin 2019, Conseil municipal, le sujet n’est pas à l’ordre du jour mais une délibération portant sur un bail pour le terrain est présentée. Il est question d’une location annuelle de 2 700€ par an., ce qui est nouveau. Madame le Maire interrompt l’adjoint, dans sa lecture de la délibération, au moment où il prononce le mot « crèche » et déclare « nous ne parlerons pas de crèche ce soir ». Il n’en fallait pas plus pour que l’on en parle beaucoup et que cela explose. Les deux points de l’ordre du jour concernant ce sujet sont retirés par Madame le Maire qui promet une réunion de travail très prochainement et que le choix se fera en connaissance de cause.

Trois ans que l’on en entend parler, un an et demi après les premières délibérations. Cette situation montre comment l’ensemble de l’exécutif municipal gère notre Commune sans concertation interne, ou externe, pas plus avec les membres du Conseil quel qu’il soit, qu’avec ses partenaires en délégation de service public.

On attend la réunion de concertation… elle sera de toutes façons bien en retard.

On attend la réunion de concertation… elle sera de toutes façons bien en retard.