Aller au contenu

Jean-Jacques MARCHAIS nous a quittés ce jour.

Jean-Jacques a passé quasiment toute sa vie à Sainte-Geneviève même s’il en était parti quelques années pour ses études et des raisons professionnelles. Il est originaire d’une famille implantée depuis trois générations dans notre Commune.

Au début des années 1990, il a créé le Tennis Club de Sainte-Geneviève (TCSG), association qu’il a présidée jusqu’il y a quelques années.

Il a également présidé la Maison des Associations Génovéfines (MAG) de 1999 à 2010, année durant laquelle cette association a été dissoute.

Il s’est aussi impliqué au sein de l’UMRAC et du Téléthon.

Il fut Conseiller municipal de 1995 à 2008. Il s’est présenté ensuite, à chaque scrutin.

Il était candidat en 23ème position sur la liste Un nouvel avenir pour Sainte-Geneviève lors de l’échéance du 15 mars 2020.

Il s’exprimait dans nos colonnes par ses dessins de qualité, armé d’un trait d’humour…

Jean-Jacques était passionné de vie collective, associative et politique. Politique au sens noble du terme. Il recherchait l’idéal en tenant compte du réel, du raisonnable.

Jean-Jacques aimait Sainte-Geneviève. Il aimait la vie associative, les associations et ce qui permettait la vie sociale des habitants. Il a consacré une grande partie de sa vie au monde associatif. Il voulait récemment créer des jardins associatifs en direction des personnes qui n’avaient pas la possibilité d’avoir un jardin. Pour lui, cette idée simple était tout naturellement un objectif.

En voyant le confinement et les attestations de sortie, il dit « tient, revoilà les ‘ausweis’», la liberté était tellement importante pour lui. C’était un homme libre.

Pour lui la recherche du compromis, du consensus, était essentielle. Le conflit pouvait être évité et devait être évité. Cela ne l’empêchait pas d’avoir des convictions claires.

Après un premier séjour à l’hôpital de Beauvais du 5 au16 mars, il subit plusieurs AVC, le 5 avril, il a été hospitalisé, à nouveau, depuis cette date. Bien que non touché par le COVID 19, il en est une victime indirecte, tant les conditions d’hospitalisation sont difficiles en cette période.

Ce matin, 22 avril 2020, à 4h30, il nous a quittés. Il nous manquera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous n'êtes pas un robot... répondez: