Aller au contenu

Les commentaires

Elle ne vous dit pas tout….

L’article paru dans Oise Hebdo du 2 mai dernier appelle quelques remarques. Le nombre de contrevérités qu’il contient laisse pantois. D’abord son titre qui nous informe que les travaux débuteront en fin d’année oublie de rappeler que la livraison de cette opération était prévue  pour fin 2017, début 2018, enfin ça c’était en 2016. Le projet date de près de 20 ans, il a été révisé en un nombre considérable de fois, a été annoncé dans au moins 7 ou 8 endroits différents dans la Commune. Il est vrai que la Maison médicale  est annoncée ponctuellement depuis le début des années 2000, lors des vœux de Madame le Maire ou dans ses programmes municipaux lors des élections.

Mais de Maison médicale nous n’aurons pas. En effet, comme trois malades ne font pas un hôpital le simple regroupement des  trois médecins existants dans la Commune ne saurait constituer une maison médicale. Dans l’article, il nous est dit que l’on peut « déjà  assurer la présence d’un médecin, de trois infirmières et d’un dentiste », le médecin et les infirmières en question sont déjà installés au 33 route nationale depuis des années alors que le dentiste l’est lui au 3 allée du bois du Château depuis près de trente ans. L’opération consiste donc à installer en les regroupant des professionnels de santé dans un même bâtiment aux normes d’accessibilité PMR (Personnes à Mobilité Réduite). Il n’y a aucun projet médical dans cette opération, pas de secrétariat commun, pas de moyen mis en commun, ….. comme c’est le cas dans le cadre d’une Maison médicale agréée et digne de ce nom. Il faut rappeler, voire informer, que les professionnels de santé seront installés dans des logements dédiés loués par l’OPAC de l’Oise qui, si l’un d’eux devait être inoccupé pendant plus de 6 mois par un pratiquant médical, il redeviendrait un logement…  Ce projet n’est plus en maîtrise de la Municipalité mais de l’OPAC…. On est très loin du concept Maison médicale ou Maison de Santé comme l’avait envisagé Evelyne BAILLON, adjointe dans deux précédents mandats de la majorité actuelle qui a rompu avec elle lors de l’élection de 2014 et a démissionné du Conseil, il y a quelques mois,  au vu du manque de projets de cette même majorité.

En 1995, à l’arrivée de la Maire actuelle et de son équipe, puisqu’elle l’évoque, il y avait 3 médecins généralistes (les Docteur SAUREL, GRIMAUD et BARALLE), deux dentistes (le Docteur MASCRENHAS déjà, et une autre sur la Nationale dont nous n’avons pas retrouvé le nom -avis-). Actuellement, il n’y a plus qu’un généraliste et un dentiste qui seront donc réinstallés dans le projet OPAC. Face à ce médiocre résultat, cette perte de service rendu, il y a sûrement, si ce n’est des « leçons à recevoir », des exemples à regarder. Noailles a su garder ses 5 généralistes tout en changeant de Maire à chaque mandat, une Commune moitié moins importante en habitants (Cinqueux) vient d’ouvrir une Maison médicale de 2 généralistes dont un nouveau, deux kinésithérapeutes et deux infirmières dans un bâtiment dédié et dont le Maire indique qu’il est prêt à recevoir d’autres praticiens (ce projet engagé depuis 6ans – pas 20 –  a été subventionné à 61%). Il y a bien d’autres exemples.

L’article,  rapportant les propos de Madame le Maire, ne dit pas ce qui sera réalisé en matière d’équipements scolaires, d’aménagements urbains, en services pour accueillir au moins une centaine d’habitants supplémentaires !?… Il ne dit pas non plus que le Groupe de Réflexion Génovéfain avait envoyé, en mars 2016, un projet de réaménagement des rues de façon à régler les problèmes qui se posent sur ce quartier, il sera trop tard après cette construction… comme pour bien d’autres sujets non-traités.

Madame le Maire présente les choses sous un jour qui l’arrange, les faits sont là et nombre de Génovéfains se rendent bien compte de la détérioration de la situation.

 

Lien vers l’article de Oise Hebdo

Lien vers l’article concernant la Maison médicale de Cinqueux 

Le projet d’organisation des Rues de Lachapelle, Lejeune et de la Route Nationale en téléchargeable PDF adressé en mars 2016 par le Groupe de Réflexion Génovéfain

 

Un commentaire reçu de Philippe MARCOTTE

Comme beaucoup nous sommes surpris d une signalisation incompréhensible aux abords de l école Roger Pauchet.
Lorsque vous venez de la RD 1001 et que vous empruntez la rue Maurice Bled en descendant vous tombez brutalement sur un stop sans qu’ un panneau de pré signalisation placé généralement 150m en amont n annonce ce stop.De plus aucun panneau sur cette même voie n annonce pas plus une interdiction de tourner à droite vous interdisant de remonter la rue située à votre droite hors un sens interdit a été installé sur cette voie. La Zone 30 est installée après l école Roger Pauchet alors qu un plateau ralentisseur vient d’être réalisé, des potelets ont été mis devant cette même école à la place de barrières. Un trottoir rétrécit côté école et élargi à l opposé. Écoliers, parents d élèves soyez prudents, vous êtes en danger.
Il est bien de vouloir sécuriser les écoliers mais encore faut il bien réfléchir sur les aménagements en l état actuel de la nouvelle réalisation en cas d accident (ne le souhaitons pas), la municipalité serait mise en cause du fait de ces différentes anomalies. Il est dommage d avoir fait une telle dépense pour un tel résultat. BON COURAGE

Un commentaire de Philippe MARCOTTE suite aux voeux….

Je suis consterné par les propos de M. Verrecke 1er Adjoint chargé des affaires scolaires qui déclare dans l’observateur de ce jour qu il ne veut plus entendre parler de construction modulaire pour les écoles. Il a fait dépensé à la commune et aux contribuables plus de 250 000 euros pour cette réalisation qui visiblement pose problème aujourd’hui.Cela prouve que la majorité ne réfléchit pas et surtout n’envisage rien pour l’avenir. Il propose une construction en dur si une nouvelle classe s’ouvrait à la rentrée. Très fort, la rentrée c’est pratiquement demain et rien de construit. Je rejoindrai la remarque de Thierry Rémond sur le terrain communal qui va être mis à disposition de l’Ilep alors que des besoins scolaires se font sentir chaque année. En plus avec l’arrivée de l’Ilep et ses différentes structures ( Crèche , bureaux, locaux de stockage, salle de formation…)sur le secteur des écoles l’environnement sera complètement engorgé avec des mouvements d’enfants, de personnes et de circulation à toute heure.
Le 1er Adjoint déclare maîtriser les nouvelles arrivées, en parallèle il est annoncé 14 logements route nationale avec le cabinet médical plus d’autres projets en attente et les mutations de pavillons.
J’espère qu’un jour un vrai projet soit réfléchi. Il en va de l’avenir de notre village de nos enfants de nos écoles et de notre fiscalité. On ne peut pas s’opposer à la construction de logements ni d’infrastructures pouvant venir améliorer le quotidien de chacun mais le conseil devrait réfléchir plus sereinement et arrêter le bricolage qui coûte plus cher et n’embellit pas notre village.

Philippe MARCOTTE

Un commentaire de Philippe MARCOTTE suite à nos Echos du conseil du 20/12/2017

Ce commentaire apporte quelques apporte quelques réponses aux questions que l’on pouvait se poser sur l’achat du local PREVOTE….

Philippe MARCOTTE

10/01/2018

Il semblerait que Monsieur HAUTOT qui ne connaît pas Philippe MARCOTTE semble-t-il, (il est vrai que M HAUTOT est génovéfain depuis peu de temps) mais il cite quand même mon nom assez souvent lors des conseils.
La dernière citation datant du 20 Décembre déclarant que Philippe MARCOTTE aurait mené le projet PREVOTE .
J’explique à ce Monsieur en particulier et aussi aux génovéfains l’histoire de l’achat de l’usine Prévoté par la Commune où se trouve actuellement l’atelier Municipal.
Cet achat est arrivé suite à un recours au tribunal administratif par des riverains sur l’implantation de l’atelier qui aurait du voir le jour sur le parking actuel des écoles. Ce projet était abandonné. Il fallait trouvé une solution, l’ancien atelier ne répondant plus aux normes de sécurité du code du travail.
En qualité de 1er adjoint et ne restant pas les mains dans les poches, j ‘ai effectivement rencontré M PREVOTE étant un ancien conseiller qui m’évoquait que son usine devait être achetée par le promoteur Bouygues Immobilier( plusieurs dizaines de maisons devaient être construites)
Ce promoteur pour des raisons ignorées ne donnait pas suite à ce projet.
J’ai avisé Mme le Maire d’une éventuelle possibilité d’acheter ce lieu afin d’y mettre un atelier municipal et également une salle socio-culturelle.
Une rencontre avec M PREVOTE était organisée. Je demandais à Mme le MAIRE d’effectuer une étude de faisabilité et une estimation du prix par le service officiel des domaines.
Mme le Maire reprenait le dossier à son compte, et rencontrait seule M PREVOTE qui voulait vendre à 1 100 000 euros.
Une estimation était proposait par les domaines à 800000 euros. M Blanchard architecte donnait un avis favorable pour la faisabilité des travaux.
Une délibération du Conseil était présentée par Mme le Maire et était votée à l unanimité par le conseil.
Bien entendu j’avais exprimé qu’il fallait aménager la sortie afin d’avoir une visibilité plus sécurisante, créer des trottoirs pour accéder à cet ensemble et de créer sur la chaussée des aménagements pour faire ralentir les automobilistes les services départementaux se sont même déplacés et donnaient leur avis.
Alors je dirais à M HAUTOT que je n’étais pas seul à porter ce projet comme il le laisse entendre et surtout que je n’avais pas les pleins pouvoirs pour un tel achat, qu’il m’oublie, et qu’il voit avec ses amis qui étaient et qui se trouvent toujours au pouvoir actuellement pour leur demander des explications.
Ce dernier en qualité de Conseiller à tout loisir pour regarder le dossier de plus près et de voir les actes s’y rapportant surtout en étant élu de la majorité c’est plutôt facile pour lui .
Il est certain que depuis 8 ans rien n’a été fait pour la salle socio-culturelle et aujourd’hui la majorité actuelle veut peut être mettre le mal sur le dos d’une personne afin de se disculper de ce qui n’a pas été fait et qui traîne toujours.
Cela méritait quelques explications et je peux encore en donner d’autres sur différents sujets, je n’ai rien oublié….

Nos Echos du Conseil du 20 décembre: traquenard et tablette qui circule…

Un commentaire de Pierre HAUTOT, à propos de nos Echos du Conseil du 20/12:

Pierre

HAUTOT

27/12/2017

Une nouvelle fois, Monsieur Gérard Chatin a usé de son art à travestir les propos de chacun, et à rapporter des faits transformés à son avantage.
En fait, Monsieur Gérard Chatin aime faire courir des rumeurs sur chacun d’entre nous, et comme je suis concerné, j’ai attendu que la séance soit levée, car cela ne concerne pas une réunion de conseil municipal.
En aucun cas, je n’ai été menaçant avec lui, car je n’ai pas l’habitude de l’être avec qui que ce soit. Si je lui ai dit «c’est quand vous voulez», cela voulait dire simplement c’est quand vous voulez me dire ce que signifie ces rumeurs et rien d’autre ! Quant à me comparer à un loubard en sortie de bal, c’est à mourir de rire. Certes, lorsque j’étais plus jeune, j’ai beaucoup fréquenté les bals du samedi soir avec mes amis. Mais nous étions beaucoup plus préoccupés par la rencontre de belles demoiselles que de sortir nos poings. Je n’ai jamais utilisé la violence physique de ma vie, je ne commencerai donc pas maintenant à l’aube de la soixantaine. De même, je n’ai jamais simulé une agression en arrachant ma chemise ! Il paraîtrait que certains auraient des difficultés à affirmer la même chose !
Sur ces bonnes paroles, je souhaite à chacun d’entre vous de très bonnes fêtes, et une bonne année 2018.
Pierre HAUTOThttp://www.legenovefain.net/?p=5262 

En réponse à Pierre HAUTOT. par le Génoéfain.net

La liberté que votre majorité ne laisse pas aux élus minoritaires qui souhaitent s’exprimer nous vous la donnons. Dans une approche VOLTAIRIENNE. Cela doit vous dépasser, vous qui ne comprenez pas que l’on puisse apprécier que notre Commune ait une page FB mais qui ne comprenez pas que nous soyons critiques sur son contenu.
Normalement , la page FB de la Commune est une page institutionnelle, elle ne devrait traiter que d’aspects utiles à nos concitoyens et ne pas faire de promotions personnelles….

Une réaction de Philippe MARCOTTE:

Au courrier de Madame le Maire et du 1er adjoint:

Je réagis fortement aux propos de Mme Vanbersel et de son premier adjoint cosignataire de la lettre adressée à Gérard Chatin élu de la république,du fait de sa présence dans le restaurant scolaire.

Le seul à s intéresser à la vie locale il se fait bafouer . Mme le Maire et son adjoint mettent en avant l état d urgence en application. Si c était le cas pour Sainte-Geneviève des mesures auraient dû être prises à savoir l accès au parking de la salle multifonctions l accès aux écoles , le stationnement des véhicules , rien n est fait afin de garantir la sécurité des enfants et des enseignants. Avant de faire des leçons de morale aux autres ces deux élus responsables devraient appliquer des mesures appropriées à l état d urgence il en va de leur responsabilité.

Gérard Chatin conseiller municipal a pu entrer dans les locaux sans effraction sans que personne ne lui interdise, cela prouve bien que rien n est mis en place malgré l état d urgence.

Honte à ces deux élus signataires qui font preuve d un abus d autorité excessif et n exercent pas leur responsabilité.Ils ont beaucoup à apprendre en la matière.

Philippe MARCOTTE

Un commentaire de Philippe MARCOTTE sur la situation de nos écoles….

Je me permets de sensibiliser les personnes qui liront cet article sur la vie scolaire dans notre village. A la rentrée 2016-2017, 485 élèves étaient scolarisés (180 en maternelle 305 en élémentaire ) total 18 classes
Lorsque j’ai été évincé du conseil municipal, année 2013-2014 369 élèves étaient scolarisés (145 en maternelle et 224 en élémentaire ) total 14 classes
Pour la rentrée 2017 -2018, ce sera 20 classes (8 en maternelle 12 en primaire) comme l’indique la presse, soit 24 % d’enfants en plus, c’est énorme sans compter les nouvelles arrivées probables avec les constructions en cours.
Aucune réflexion n est abordée pour l’avenir.
Cour de récréation trop petite, Restaurant qui tarde a voir le jour alors que j’ai tiré plusieurs fois la sonnette d’alarme lorsque j’étais élu. ( voir comptes rendus municipaux)
Aucune évaluation financière de cette situation n’est publiée aux génovéfains afin de faire connaitre le coût réel pour l’achat de matériel afin d équiper les nouvelles classes, l’embauche de personnels supplémentaires (Atsem , aide ménagère, aide à la cantine…),le coût de l électricité et chauffage, l achat de la construction modulaire. Chut il ne faut pas faire de bruit….
Quel impact sur vos prochaines feuilles d’imposition? L’enveloppe municipale n’est pas extensible, un jour il faudra que quelqu’un paye.

En 3 ans de règne l’adjoint aux affaires scolaires n’a fait que du rafistolage. Il prétend à devenir Maire comme il le dit à certains d’entre vous.
Si l avenir est géré de cette façon. Pauvre village!

Je ne que peux féliciter les enseignants à travailler dans ces conditions gérées au coup par coup par une municipalité qu’on ne voit guère sur les différentes écoles afin de se rendre compte en temps réel des difficultés des uns et des autres.

Philippe MARCOTTE

 

Un commentaire nous a été envoyé sur le tourne à gauche par rapport à l’article paru dans l’Observateur de Beauvais du 2 juin:

Personne n a pensé qu il n y avait pas de tourne a gauche en venant de paris pour éviter de faire de la rue du placeau une route nationale bis aux heures de pointe!
Les residants la rue vont remercier les decisionnaires!

La lettre de Gérard CHATIN envoyée à l’ensemble du Conseil municipal, ce jour, en réponse à l’article de Oise Hebdo paru hier:

Gérard CHATIN

Conseiller municipal

Un Nouvel Avenir pour Sainte-Geneviève

12 Rue du Bel Air 60730 Sainte-Geneviève

Å 03 60 29 36 05 È06 27 45 37 12

š gerard.chatin@sfr.fr

le 2 Mars 2017

 

 

Madame le Maire,

Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux

 

Suite à l’article paru le mercredi 1er mars 2017, dans Oise Hebdo, je pense nécessaire d’apporter des précisions sur un certain nombre de points et à répondre aux contrevérités qu’il contient.

Tout d’apport, le terme de « propos diffamatoires » est tout à fait inapproprié, soit il fait preuve d’une méconnaissance de sa signification juridique, soit il cherche à jeter l’opprobre sur la personne visée. Il y a des mots qu’il faut éviter d’utiliser. Continuer la lecture

Un commentaire de Gérard CHATIN sur l’article de l’Observateur de Beauvais du Vendredi 6 janvier 2017.

Avec la loi « Nouvelle commune », pourquoi ne pas envisager le regroupement, juste retour de l’histoire, de Sainte-Geneviève avec Novillers-les-Cailloux et Lachapelle Saint-Pierre? Cela donnerait un territoire cohérent géographiquement, culturellement et économiquement de bonne dimension d’un peu moins de 5 000 habitants.
Déjà plusieurs communes dans l’Oise se sont lancées dans ce type de regroupement Saint-Crépin Ibouvilliers avec Montherlant sous la conduite d’Alain LETELLIER (Conseiller départemental). Près de nous, La Neuville d’Aumont – Le Déluge -Ressons l’Abbaye ont constitué la Drenne (nouvelle commune) et Hermes – Berthecourt envisage également de fusionner.
Rappelons que les enfants de Novillers viennent à l’école de Sainte-Geneviève depuis des décennies, que les tennis clubs de Sainte-Geneviève et Lachapelle ont fusionné… et que au-delà de ces symboles les liens économiques et sociaux entre nos populations sont très étroits.
Alors chiche, entre maîtriser ou subir, il serait plus intelligent de le faire aujourd’hui de façon volontaire que dans quelques années de façon plus ou moins forcée et sans aide!

A propos de l’article sur la venue d’un soutien de Bruno LEMAIRE paru dans Oise Hebdo du 28 juin 2016.

Cette Maire qui ne fait pas de politique, interdit les réunions de ceux qui ont quelques différences avec elle, et s’engage dans la campagne des primaires de LR. C’est vrai qu’elle avait déjà été candidate aux sénatoriales sur une liste d’un certain Philippe MARINI. Pas de politique?…

Gérard CHATIN

A propos de l’article sur l’aménagement de la Rue de Lachapelle et Lejeune

Aller à l’article

Bonnes réflexions sur les aménagements de ce quartier. Un problème peu évoqué : celui de la circulation des semi-remorques et gros poids lourds, surtout s’ils doivent se rendre à la zone d’activité prévue au-delà de chez Chevalier (une ineptie, à mon avis). Les PL qui viennent de Paris ont de la difficulté à tourner à droite au feu. Ils le pourraient en empruntant la rue Lejeune… si elle était plus large et à deux voies. Il faut compter aussi avec le trottoir indispensable (sinon on en met où pour aller à la Fusée ?).

Ne faut-il pas se lessiver la tête de ces projets accumulés de logements et cette course à l’échalote ! Il me semble évident que la rue Lejeune doit être élargie et aménagée et que la libération du terrain Saurel en est l’opportunité historique.

N’est-il pas temps de reconsidérer la classification en zone d’activité des terrains cultivés au-delà de chez Chevalier. Si on veut tant construire à Ste Ge, n’est-ce pas là qu’il faut le faire, pour réunir la Fusée au bourg (et non pas l’isoler encore plus par une écharde « industrielle »)? Pour équilibrer l’emprise habitée du pays de chaque côté de la Nationale…. Pour un tas de choses… Mais, « je n’ai pas les diplômes » pour en discourir savamment !

En ce qui concerne le problème des dispensateurs de soins à Ste-Ge… il faudrait bien en discuter ferme un jour ou l’autre dans une réunion de Conseil municipal dédiée et arrêter un projet politique local là-dessus. Des médecins, oui, mais qui ? Combien ? Où ? Avec quelle structure ? Avec qui ? Avec quel avis des communes concernées ? Avec quels sous ? Avec quels modèles qui fonctionnent ?
Evidemment, certains et certaines se sont engagées un peu inconsidérément dans cette réflexion (et dans l’inconséquence) et ça ne les enchante pas trop de devoir retraiter le sujet en public.
Pour le moment on bénéficie de l’aide des praticiens de Noailles… mais certains ont dépassé de 8 ans l’âge de cessation d’activité des cheminots. Eh !!! Il est juste temps de traiter le problème; dans deux ans on aura déjà un peu de retard, et gouverner c’est prévoir. Il faut aussi considérer que les mentalités évoluent beaucoup plus vite chez les professionnels que chez les usagers et qu’on est à un point de rupture des anciennes identités…
Ca n’est pas simple et ce qui est acquis c’est que désormais on ne peut plus compter sur l’initiative individuelle pour régler des besoins complètement socialisés. Une médecine complètement administrée ne peut pas fonctionner avec des soi-disant libéraux (qui ne sont plus que des libéraux fiscaux)… à moins de dérapages que nous sommes bien d’accord à condamner.

Je suis un peu brouillon et il faut me pardonner mon expression écrite sommaire et imparfaite. C’est du premier jet !

Un concitoyen qui préfère rester anonyme

Un article envoyé en commentaire le 26/9/2015

Comment peut-on dire provisoire alors même que l’installation d’un module « classe » est devenu, immeuble de par la loi (rattaché au sol par l’alimentation électrique et évacuation des eaux de pluie). Eu égard à son coût, faire du provisoire à ce prix c’est de la folie. Enfin, c’est de nos contributions que proviennent les moyens de cette implantation. A Sainte-Geneviève, en 1962, une période de grands froids, j’ai vécu la plus intéressante de mes expériences scolaires. Un matin, par moins 18-20 degrés, nous sommes arrivés en classe qui se trouvait être un préfabriqué avec vide sanitaire celui la, et l’encre était gelée dans les encriers pas de chauffage, un froid glacial ! Tous les élèves, 2 niveaux sont allés chez Monsieur la Maire pour réclamer du chauffage….Dans ce préfa, il y faisait froid l’hiver et nous gardions nos manteaux. L’institutrice nous faisait jouer dehors au ballon pour nous réchauffer. Les jours de pluies et d’orages il y régnait un brouhaha ponctués par les grondements du tonnerre. Je souhaite bon courage à l’enseignant et aux enfants.

Nadia HENRY

A propos du Compte rendu de Conseil municipal du 14 Mai 2014

LG legenovefain.net sainte-genevieve@legenovefain.net 92.90.26.108

Nous n’avons pas dit que vous étiez raciste, même après votre clarification reconnaissez que le terme « tête de turc » a un côté péjoratif. Par ailleurs, vous ajoutez à l’ambiguïté en évoquant certains d’entre nous qui aurions envoyé on ne sait qui au tribunal…. La précision, c’est bien…

CHARPENTIER Claudine2 90.34.172.46
CHARPENTIER Claudine2  90.34.172.46

L’espression « tête de turc » n’est pas une expression raciste. D’ailleurs, je le précise je ne suis absolument pas raciste, du moins pas comme certain d’entre vous qui se permette de tutoyer une personne parce qu’elle est simplement arabe et qu’elle envoie même cette personne au tribunal. Enfin bref, je vous donne ci-dessous l’origine de l’expression tête de turc : Cette expression du XIXe siècle est une allusion aux dynamomètres des foires sur lesquels il faut frapper le plus fort possible et qui représente un visage surmonté d’un ruban. Dans un sens plus figuré, cette « tête de Turc » est la personne dont on se moque, en général méchamment. Quelle est l’origine de l’expression: »tête de turc »? Pourquoi cette nationalité et pas une autre? Depuis quand date-t-elle? Réponse du département Langues et Littératures Tête de turc : cette expression signifie « souffre-douleur ». Le Turc, le More étant à l’époque classique l’ennemi par excellence, on a qualifié de tête de Turc, de More divers objets, par ex. un « billot carré » en marine (1690) et notamment des têtes de carton servant de cibles aux cavaliers. Cet exercice s’appelait « course de la tête » (Littré). La forme tête de More ayant été éliminée par suite de l’homonymie avec la « tête de mort » (source d’ambiguités) et le Turc étant pris comme emblême de la force physique, à la fin du 19e siècle on tapait dans les foires sur une tête de Turc. d’où l’expression être la tête de turc de quelqu’un, servir de tête de turc Bonne journée.

 
LG legenovefain.net sainte-genevieve@legenovefain.net 89.170.178.98

Merci de rester fidèle. La « virulence » (c’est votre mot) est proportionnelle à l’incohérence des personnages visés. Si vous considérez que rappeler à leur souvenir sur leur position sur l’endettement, par exemple, les élus NASG n’est pas dans la ligne éditoriale adoptée depuis quelques mois…… Par ailleurs, n’étant pas racistes, nous n’avons pas de « tête de turc », que cette équipe d’élus minoritaire fasse son travail, respecte ce à quoi elle s’était engagée (ce qu’elle est loin de faire) et nous reprendrons des relations normales. D’ailleurs, il faut rappeler que c’est eux qui les ont rompues. Dans cette réunion, il y a eu quelques occasions manquées d’exprimer une différence d’approche et les travaux que nous avions réalisés, présenter nos positions, elles sont rappelées en commentaire. Merci et à bientôt.