Aller au contenu

D’hier et d’aujourd’hui

Des photos ou cartes postales d’hier et leur reprise aujourd’hui avec un peu d’histoire locale. Nos concitoyen(ne)s peuvent nous adresser leurs photos et idées de publications….

1989, première brocante et fête du bicentenaire…

Le défilé au Placeau

Le défilé au Placeau

Auparavant, un défilé constitué de chars et de personnes déguisées passaient dans les rues de la Commune. Ici, le défilé de 1989, année de création de la brocante. Maurice OBJOIS, maire de l’époque, à la demande Claude FRUITIER, avait souhaité que soit organisée une brocante au sein de la fête communale, organisée en 3 mois, elle fut un succès. C’est devenue une institution, remercions-en Claude.

Le défilé arrivant au Blanc mont

Le défilé arrivant au Blanc mont

Le défilé on ne sait où?

Le défilé on ne sait où?

Le défilé au Petit Fercourt

Le défilé au Petit Fercourt

Du café – hôtel – restaurant – cinéma – …. aux agences….

Ce qui fut pendant des décennies l’Hôtel du Commerce, café restaurant et même salle de cinéma jusque dans les années 60 pour cette dernière activité. Dans cette grande salle se tenaient également des bals, des congrès comme celui Préhistorique de France en 1909 (voir la carte postale ci-dessous). Francine HERON épouse ANDRIEUX qui a longtemps tenu cet établissement, jusqu’à il y a un vingtaine d’années, sa fermeture, a fait construire la maison de briques juste à côté où elle vit une retraite paisible. 

Avant SUPER U en face Le familistère…

Où il y a une enseigne « plomberie – ramonage », sur la Nationale, se tenait, jusqu’au début des années 1980, et depuis des décennies, au regard de ces cartes postales qui datent d’environ un siècle un FAMILISTERE à quelques pas d’où est installé, depuis bientôt 20ans, le SUPER  U. Si l’environnement a quelque peu changé, les maisons ont suivi leur temps en s’adaptant… On ne marche plus sur la route principale sur laquelle passent, de nos jours, de 15 000 à 20 000 véhicules par jour…

La Croix…. ça n’a guère changé…..

On ne sait pourquoi cette entrée de la Commune en venant de la capitale est nommée La Croix si ce n’est ce calvaire présent, on le voit, depuis longtemps. On trouve, dans ce hameau, certaines des plus vieilles maisons du village.Cette partie de la commue a toujours été sur la voie principale de la commune ce n’est qu’au début du 19ème siècle qu’elle fut prolongée de ce que l’on appelle aujourd’hui « la Nationale » pour rejoindre Noailles et Beauvais. Précédemment la rue principale était l’actuelle Rue du Placeau et ses prolongements appelés actuellement: Rue de l’Eventail, d’une part, et du Canton de Beaupréau, d’autre part. Nous y reviendrons….

L’usine « DENIS »….

Ce lieu où est désormais implanté le POINT.P fut jusqu’il y a une quinzaine d’années un magasin de matériaux de construction et de bois. La famille DENIS, dont Christian continue l’activité traditionnelle sur la partie ouest de la nationale (à gauche en allant sur Paris), tint ce commerce pendant plusieurs décennies. Auparavant,il y eut sur ce site une usine de fabrication de pinces à linge….

Rappelons que Henri DENIS fut maire de Sainte-Geneviève de 1965 à 1983.

 

L’angle de la Rue Maurice BLED et de la Nationale….

Si l’on voit que les bâtisses n’ont guère changé, on voit également, à gauche, que la boucherie a été longtemps installée à cet. En face, il y eut plusieurs commerces avant que ce ne soit une agence ce que c’est depuis près de trente ans.

Il y eut une épicerie tenue par le frère de Francis THEOPHILE, encore électricien dans la Commune, juste avant l’agence.

Il serait intéressant de connaître le nom de la Rue Maurice BLED avant qu’elle porte ce nom qui a du lui être donné après guerre. Merci à ceux qui pourraient nous renseigner…

Au Petit Fercourt, toujours le café…

 

Le café du Petit Fercourt est plus que centenaire, il a servi de relais de diligences et on le voit comme passage de transport en commun. Il y avait alors une épicerie sur le côté dans ce qui fut longtemps ensuite une salle pour les consommateurs. Il appartint jusqu’il y a quelque 20 ans à la famille BOUILLETTE qui possédait, entre autres la place en face, nous y reviendrons. Il porta plusieurs noms « Au Petit Fercourt », aujourd’hui, « Martine et Cathy » des prénoms de deux de ses gérantes, il y a quelques années,…

On remarquera entre la photo ancienne et l’actuelle, outre quelques autres changements, la disparation d’une grange et moins de monde sur la route….

Le « Château » avant le supermarché… petit apport aux journées du patrimoine:

Certains nouveaux habitants pourront être surpris mais il y a un peu moins d’un siècle, à la place de notre supermarché se situait une belle et grande demeure bourgeoise. C’est d’ailleurs, de ce fait que le centre commercial est appelé Centre commercial du Château.

Une belle histoire raconte qu’il fût construit par un riche bourgeois de confession juive pour sa belle. Il disparut au moment de la seconde guerre mondiale. Le lieu tomba en perdition après avoir été « squatté » dans les années 1950 – 60 par plusieurs familles.

La Commune faillit faire l’acquisition de ce qu’il en restait à la fin des années 70. Il ne manqua que quelques voix pour que la décision soit prise par le Conseil municipal de l’époque présidé par Henri DENIS, alors Maire.

L’actuel SUPER U s’installera en 1999 pour son chantier et ouvrira au public dans la fin de l’année 2000.

L’école du Petit Fercourt

 

 

En cette période de rentrée scolaire, il nous a semblé opportun de commencer cette série par un article sur l’école du Petit Fercourt. Il ne s’y fait plus cours depuis 1994. Elle recevait dans ses dernières, un cours préparatoire dont l’instituteur, Pierre ARACIL, occupait le logement  où est aujourd’hui installé un agent communal, à droite de la classe . Cette carte postale d’une photo de l’entre deux guerres montre combien le bâtiment a changé, un préau à gauche du bâtiment et les toilettes en avant plan à droite dans la cour. On remarquera la disparition du clocheton et du portillon à gauche.

 

Si vous avez des informations sur ce lieu, merci de nous les adresser